Institute for Ethics and Emerging Technologies


The IEET is a 501(c)3 non-profit, tax-exempt organization registered in the State of Connecticut in the United States. Please give as you are able, and help support our work for a brighter future.


Search the IEET
Subscribe and Contribute to:


Technoprogressive? BioConservative? Huh?
Quick overview of biopolitical points of view




whats new at ieet

Dr. Martine Rothblatt Speaks at 2016 MOOG Fest Protesting Transgender Bias Law

Gene editing can now change an entire species — forever

Futurespection: How do we get better?

Douglas Rushkoff joins IFTF as Research Fellow

This virtual lab will revolutionize science class

William James: Once Born and Twice Born People


ieet books

Philosophical Ethics: Theory and Practice
Author
John G Messerly


comments

Peter Wicks on 'Will World War 3 Be Prevented Because of Global Interdependence?' (May 29, 2016)

spud100 on 'Will World War 3 Be Prevented Because of Global Interdependence?' (May 29, 2016)

almostvoid on 'This virtual lab will revolutionize science class' (May 28, 2016)

instamatic on 'NASA Can Get Humans to Mars by 2033 (Without a Budget Increase!)' (May 26, 2016)

almostvoid on 'Where does intelligence come from?' (May 26, 2016)

almostvoid on 'The Future of PR in Emotionally Intelligent Technology' (May 25, 2016)

almostvoid on 'Rituals Improve Life According to Ancient Chinese Philosophers' (May 25, 2016)







Subscribe to IEET News Lists

Daily News Feed

Longevity Dividend List

Catastrophic Risks List

Biopolitics of Popular Culture List

Technoprogressive List

Trans-Spirit List



JET

Enframing the Flesh: Heidegger, Transhumanism, and the Body as “Standing Reserve”

Moral Enhancement and Political Realism

Intelligent Technologies and Lost Life

Hottest Articles of the Last Month


Ethicists Generally Agree: The Pro-Life Arguments Are Worthless
May 17, 2016
(4330) Hits
(10) Comments

Artificial Intelligence in the UK: Risks and Rewards
May 12, 2016
(3360) Hits
(0) Comments

Nicotine Gum for Depression and Anxiety
May 5, 2016
(3048) Hits
(0) Comments

3D Virtual Reality Is the Best Storytelling Technology We’ve Ever Had
May 5, 2016
(2862) Hits
(1) Comments



IEET > Francaise > Rights > Personhood > Life > Enablement > Innovation > Health > Vision > Futurism > Technoprogressivism > Advisory Board > Didier Coeurnelle

Print Email permalink (0) Comments (947) Hits •  subscribe Share on facebook Stumble This submit to reddit submit to digg


Longévité, IA, risques existentiels : dangers et opportunités (partie A)


Didier Coeurnelle
By Didier Coeurnelle
Technoprog

Posted: Feb 19, 2016

1. Aujourd’hui est le jour le plus beau et le plus dangereux de l’histoire de l’humanité

Aujourd’hui, comme presque chaque jour depuis plus de cinquante ans, nous vivons le jour le plus heureux parce que partout dans le monde, notre espérance de vie, notre santé ainsi que notre confort matériel n’ont cessé d’augmenter. Malgré l’impression que nous en donne l’actualité médiatique, la famine et la guerre déclinent.

L’espérance de vie globale augmente tous les jours de 5 à 6 heures. Ceci est directement dû à nos progrès en matière de croissance économique, d’entente et de compréhension entre cultures et sociétés, de paix, d’hygiène et de science médicale. Mais c’est également le jour le plus dangereux car chaque jour, notre capacité à détruire ne fait qu’augmenter elle aussi.

Article first published on Technoprog on Jan 17 2016

L’arme nucléaire reste toujours à ce jour l’arme la plus destructrice à notre disposition. L’inquiétude face à ce risque n’est plus aussi vivace qu’autrefois. Il n’en reste pas moins que si les relations internationales devaient se dégrader, au moins un des huit pays disposant de l’arme nucléaire pourrait entrer en guerre. Ceci pourrait entraîner rapidement un conflit nucléaire généralisé.

Nous avons en réalité été chanceux en ce qui concerne les armes nucléaires durant les 70 dernières années. Les développements ont été relativement lents comparés à d’autres domaines. Assembler une arme aussi destructrice reste une tâche extrêmement complexe. Pouvez-vous vous imaginer un monde dans lequel fabriquer une arme nucléaire serait à la portée de l’organisation terroriste moyenne ? Ou pire encore, à la portée de n’importe quel individu avec un tant soit peu d’argent, assez pour acheter suffisamment de matériel fissile et l’expertise de quelques scientifiques atomiques ?

Le risque de conflits aboutissant à des destructions massives, avec toutes ses conséquences, loin de diminuer, est en fait en hausse.

En effet :

  • Les progrès technologiques grandissants et généralisés de ces dernières années se poursuivent. Ils peuvent être appliqués à l’amélioration des armes nucléaires.
  • Une technologie plus poussée peut nous mener à la conception d’armes de destruction massive basées sur d’autres principes, à ce jour inconnus, que ceux sur lesquels les armes nucléaires actuelles sont basées.
  • Nous pourrions utiliser une intelligence artificielle capable de débuter une guerre, que cette guerre soit nucléaire ou encore d’un autre type non imaginable à l’heure actuelle.

Eliezer Yudkowsky, un théoricien en intelligence artificielle, a un jour remarqué en plaisantant à moitié que tous les 18 mois le quotient intellectuel minimum suffisant pour détruire le monde diminue d’un pourcent.

Il commence déjà à être possible de contrôler un ordinateur et ses opérations par la pensée. Certaines armées utilisent déjà des drones, dont le contrôle est en partie délégué à un ordinateur..

Si ce pouvoir est offert à un grand nombre, il ne faudrait pas longtemps pour que la technologie de demain, alliée au manque de sagesse d’aujourd’hui, ne mène à un cataclysme. Il pourrait théoriquement suffire d’une seule personne fortement déprimée ou psychologiquement instable pour détruire le monde tel qu’il est aujourd’hui.

Nous pouvons tempérer le pessimisme qui précède en notant que le risque total encouru à cause des progrès technologiques n’est pas déterminé seulement par notre capacité à détruire, mais aussi par notre capacité à protéger. S’il est possible de déclencher une vague de destruction généralisée avec juste une pensée, il devrait alors aussi être possible de réagir à la vitesse de la pensée pour empêcher ce désastre, pour enclencher et diriger les mécanismes qui auront été mis en place pour nous protéger. Cependant, l’équilibre entre l’attaque et la défense est bien souvent précaire. Par exemple, il n’existe pas encore à ce jour de bonne parade à l’arme atomique et encore moins à son utilisation locale par un dirigeant militaire dans son propre pays.

Une autre façon de tempérer ce pessimisme est d’envisager que nos sociétés décident largement de ne pas utiliser ou développer d’armes qui seraient trop dangereuses et de concentrer l’inventivité dans d’autres domaines.

2. Développer la recherche en matière de longévité est important

Chaque jour, 110.000 personnes environ meurent de maladies dues au vieillissement. Par comparaison, les maladies transmissibles, la guerre, la famine, les crimes violents, les accidents, les suicides de par le monde entier tuent en les combinant tous ensemble, deux fois moins de personnes. Il n’y a aujourd’hui plus une seule personne encore vivante de par le monde qui soit née avant le 29 avril 1899, date où une voiture (“La jamais contente”) dépassa la vitesse de 100 kilomètres à l’heure pour la première fois. La voiture est, elle, toujours entière.

Le droit à la vie, aussi longtemps que possible et souhaité, est non seulement un des droits les plus fondamentaux de l’homme, mais aussi un des plus nécessaires, car il préconditionne la possibilité de jouir de tous les autres droits.

Si nous acceptons d’envisager la possibilité que le vieillissement puisse être soigné grâce aux progrès de la science, alors nous pouvons affirmer qu’en 2016, il n’y a pas de problématique politique, économique ou sociale plus importante que celle d’investir dans la recherche qui nous permettra d’enrayer la sénescence.

Une vie plus longue et plus saine n’est pas seulement importante au niveau de l’individu. C’est aussi quelque chose de positif pour la société dans son ensemble. De nombreux risques seront réduits si nous vivons plus longtemps. En effet :

  • Nous serons plus prudents car abréger prématurément une vie plus longue aura plus de poids, en d’autres termes une vie plus longue aura plus de valeur.
  • Nous aurons plus de temps pour apprendre à comprendre, aimer et respecter notre prochain.
  • Si la mort devient un événement exceptionnel, le trauma psychologique causé par le fait de tuer quelqu’un sera bien plus fort. De nos jours, tuer quelqu’un ne fait en fait qu’avancer un peu l’heure de sa mort, qui est de toute façon proche et inéluctable. Dans une société où la mort est bien plus rare, un meurtre devient un crime encore bien plus impensable.
  • Les personnes plus âgées commettent moins de crimes que les personnes plus jeunes, particulièrement les crimes violents. La différence dans les niveaux de criminalité commence très tôt. La relation inverse entre âge et criminalité est déjà assez prononcée chez les jeunes adultes. Ceci signifie que la différence n’est pas due principalement à la faiblesse physique des personnes âgées. Le facteur principal semble être qu’apprendre à vivre harmonieusement en société prend du temps. Un adulte de 30 ans, voire même un jeune adulte de 25 ans, sera déjà moins violent qu’un adulte plus jeune. Mais un adulte ayant la chance de vivre beaucoup plus longtemps le sera bien moins encore.

3. Développer la recherche en matière de longévité est extrêmement difficile

Durant les 150 dernières années, l’espérance de vie a progressé d’en moyenne trois mois chaque année. Cependant, la plus grande partie de ces gains sont dus à la baisse de la mortalité infantile, ainsi qu’à la diminution du nombre de morts dues aux épidémies et à la violence en général.

Ce n’est que depuis quelques dizaines d’années que les progrès médicaux permettent également de réellement s’attaquer efficacement aux maladies liées au vieillissement.

Malheureusement, cette amélioration ne concerne que l’espérance de vie moyenne. Pour ce qui est d’une vie vraiment beaucoup plus longue, l’espérance de vie maximale n’a pas vraiment changé. La première personne à atteindre et dépasser l’âge de cent ans a presque certainement vécu quelque part en Chine ou en Grèce il y a de cela plus de deux millénaires. Le nombre de personnes atteignant un âge aussi avancé reste toujours très faible, même dans la société contemporaine. Le nombre de centenaires de par le monde est estimé à moins d’un million, à peine un citoyen du monde sur mille.

De plus, environ 99,9 % des centenaires ne deviendront jamais supercentenaires (un supercentenaire est une personne vivant plus de 110 ans). Si nous prenons en compte la totalité de la population mondiale, moins de 500 personnes ont aujourd’hui un âge aussi avancé.

Il n’est pas rare de lire qu’une petite fille qui naît aujourd’hui a une chance sur deux de devenir centenaire. En fait, la dure réalité est que, pour qu’il nous soit possible d’augmenter notre espérance de vie maximale, pour que nous puissions en moyenne vivre plus longtemps que 90 ans (ou 95 ans pour une femme), il nous faudra de nombreuses avancées scientifiques et des investissements dans la recherche contre le vieillissement.

C’est à la fois triste et contre-intuitif quant à l’idée générale que l’on se fait du progrès. Si l’on compare le début du 21e siècle aux rêves les plus fous d’il y a 2.500 ans, nous pouvons maintenant voyager des centaines de fois plus rapidement, passant d’un continent à un autre en moins d’un jour. Nous pouvons atteindre le ciel, voler, poser le pied sur la lune ou explorer le fond des océans. Nous comprenons de mieux en mieux le corps humain, nous pouvons examiner nos cerveaux et contempler le siège de nos pensées et émotions. Nous sommes capables, jusqu’à un certain point de manipuler nos cellules, notre ADN. Nous commençons à percevoir les relations complexes entre les millions d’êtres vivants dans un écosystème et ce y compris l’écosystème que représente le corps humain avec tous ses parasites et symbiotes. Il nous est possible d’éliminer la plupart des maladies infectieuses et de nombreux parasites qui nous avaient fidèlement accompagnés durant toute l’histoire de l’humanité. Et pourtant, malgré tout cela, nous faisons à peine mieux que ce qui est naturel et habituel lorsqu’il s’agit de garder nos corps en bonne santé face au vieillissement.

Ce manque de progrès est particulièrement douloureux en ce qui concerne les maladies neurodégénératives, telles la maladie d’Alzheimer. Le cerveau humain, souvent mentionné comme étant l’objet le plus complexe de l’univers, est capable de créer, maintenir et envisager des choses qui n’étaient même pas imaginables il y a de cela un siècle. Mais ce cerveau reste incapable de se prémunir de sa simple dégénérescence due au poids des ans.

Tout ceci est plus étrange encore si nous comparons ces difficultés aux autres questions scientifiques qui autrefois semblaient insolubles. Par exemple pour voler dans les cieux, il fallait tout à la fois quitter le sol et voler assez vite. Pour pouvoir voyager jusqu’à la lune, il fallait vaincre la gravité terrestre et franchir des environnements hostiles à la vie. Par contre, il n’existe pas de barrière intrinsèque à notre espérance de vie maximale. En fait, nous savons même déjà que si limite il y a, celle-ci est supérieure à 200 ans puisque certains animaux (baleines, tortues, mollusques) la dépassent régulièrement. Mais nous continuons à vieillir presque aussi vite.

(Partie B à venir)

— Didier Coeurnelle


Didier Coeurnelle, born in 1962, is an active member of the European Life Extension Community. He is a funding member and co-chair of Heales, Healthy Life Extension Society, and a member of the board of the Association Française Transhumaniste (AFT) Technoprog. He is also a lifelong member of the Immortality Institute and a donor to the SENS Foundation. As a member of Heales, Didier publishes the newsletter La mort de la mort (in French) and De dood van de dood (in Dutch). As a member of the AFT, he took part in the first two conferences of the AFT in the University La Sorbonne. Didier is also politically active in the Green movement and is a jurist, working in a Belgian Federal Public Service and specialized in Social Security. Watch Didier Coeurnelle Interview. Visit his Facebook page.
Print Email permalink (0) Comments (948) Hits •  subscribe Share on facebook Stumble This submit to reddit submit to digg


COMMENTS


YOUR COMMENT (IEET's comment policy)

Login or Register to post a comment.

Next entry: The Future of Money is Liquid Robots

Previous entry: More Than Star Dust, We’re Made of the Big Bang Itself

HOME | ABOUT | FELLOWS | STAFF | EVENTS | SUPPORT  | CONTACT US
SECURING THE FUTURE | LONGER HEALTHIER LIFE | RIGHTS OF THE PERSON | ENVISIONING THE FUTURE
CYBORG BUDDHA PROJECT | AFRICAN FUTURES PROJECT | JOURNAL OF EVOLUTION AND TECHNOLOGY

RSSIEET Blog | email list | newsletter |
The IEET is a 501(c)3 non-profit, tax-exempt organization registered in the State of Connecticut in the United States.

East Coast Contact: Executive Director, Dr. James J. Hughes,
56 Daleville School Rd., Willington CT 06279 USA 
Email: director @ ieet.org     phone: 860-428-1837

West Coast Contact: Managing Director, Hank Pellissier
425 Moraga Avenue, Piedmont, CA 94611
Email: hank @ ieet.org