Institute for Ethics and Emerging Technologies


The IEET is a 501(c)3 non-profit, tax-exempt organization registered in the State of Connecticut in the United States. Please give as you are able, and help support our work for a brighter future.


Search the IEET
Subscribe and Contribute to:


Technoprogressive? BioConservative? Huh?
Quick overview of biopolitical points of view




whats new at ieet

The birth of virtual reality as an art form

How VR Gaming will Wake Us Up to our Fake Worlds

Mens Health Week: One Doctor Thinks We Should Be Talking about Better Birth Control for Guys

This scientist makes ears out of apples

Gravitational Waves: The Universe’s Subtle Soundtrack

Imagining the Anthropocene


ieet books

Philosophical Ethics: Theory and Practice
Author
John G Messerly


comments

almostvoid on 'How VR Gaming will Wake Us Up to our Fake Worlds' (Jun 28, 2016)

almostvoid on 'The birth of virtual reality as an art form' (Jun 28, 2016)

Pastor_Alex on 'On tragedy, ethics and the human condition.' (Jun 27, 2016)

instamatic on 'On tragedy, ethics and the human condition.' (Jun 27, 2016)

GamerFromJump on 'IEET Affiliate Scholar John Danaher Interviewed by Futurezone' (Jun 27, 2016)

instamatic on 'WHAT MORAL ENHANCEMENT?' (Jun 22, 2016)

Giulio Prisco on 'Paradiso and Inferno in Robin Hanson's 'The Age of EM'' (Jun 22, 2016)







Subscribe to IEET News Lists

Daily News Feed

Longevity Dividend List

Catastrophic Risks List

Biopolitics of Popular Culture List

Technoprogressive List

Trans-Spirit List



JET

Enframing the Flesh: Heidegger, Transhumanism, and the Body as “Standing Reserve”

Moral Enhancement and Political Realism

Intelligent Technologies and Lost Life

Hottest Articles of the Last Month


Will Transhumanism Change Racism in the Future?
Jun 2, 2016
(5485) Hits
(0) Comments

Dubai Is Building the World’s Largest Concentrated Solar Power Plant
Jun 20, 2016
(3999) Hits
(0) Comments

A snapshot on the fight against death
Jun 1, 2016
(3446) Hits
(4) Comments

New Evidence Suggests a Fifth Fundamental Force of Nature
Jun 13, 2016
(3355) Hits
(0) Comments



IEET > Francaise > Life > Innovation > Neuroscience > Vision > Futurism > Technoprogressivism > Contributors > EMG

Print Email permalink (2) Comments (1379) Hits •  subscribe Share on facebook Stumble This submit to reddit submit to digg


Henri Laborit, penseur de l’humain en transition


EMG
By EMG
TECHNOPROG

Posted: Jan 2, 2016

On entend souvent que le transhumanisme a été importé en France à partir de la Californie où il a émergé dans les années 1980, avatar contemporain de la “soft power” américaine et allant de pair avec l’adoption mondiale de produits comme ceux d’Apple ou Google. C’est nier la complexité des échanges culturels, académiques et scientifiques de la seconde partie du XXème siècle, et surtout l’existence en Europe d’un terreau philosophique favorable. Le positivisme du français Auguste Comte, le cosmisme du russe Nicolai Fedorov, furent autant de formulations d’une foi dans le progrès technique qui marque profondément nos sociétés industrielles. Aujourd’hui et pour l’anecdote, il existe d’ailleurs en France et en Russie des courants transhumanistes relativement structurés.

Originally published on Technoprog on 20 Dec 2015

Il fallait néanmoins un saut conceptuel considérable pour actualiser cette foi en la reportant sur l’humain et son évolution, pour penser le rapport à venir de l’humain et des biotechnologies. Il fallait être à l’avant-garde de la recherche balbutiante sur le cerveau, en contact avec l’ébullition académique américaine des années 1950-60 (von Neumann, Wiener), et aussi, pourquoi pas, se réclamer à la fois d’un certain christianisme des origines et de l’enthousiasme révolutionnaire de 1968. Henri Laborit, prix Albert-Lasker (1957) et professeur anticonformiste au sein de Paris-VIII de 1969 à 1974, fut par conséquent l’un des premiers intellectuels à formuler une pensée proto-transhumaniste claire et originale, sensiblement à la même époque que le fameux Man Into Superman de Ettinger – et pourtant de manière bien différente.

Personnage à part dans le paysage français des idées de la seconde partie du XXème siècle, Laborit passa de la chirurgie militaire – et notamment du traitement de la douleur – à la recherche en neurobiologie, en menant des expérimentations en dehors de tout cadre public ou privé (ce qui est assez rare pour être souligné), grâce aux revenus des brevets déposés par lui et ses collègues. En marge de l’académie et très critique vis-à-vis de la société de consommation de produits manufacturés, il fut autant médiatisé dans les années 1970 et 1980 (si l’on pense au film Mon Oncle d’Amérique d’Alain Resnais, où il expose certaines de ses idées) qu’il est absent des débats aujourd’hui.

Sa philosophie originale se fonde sur la prise en compte de l’importance quasi vitale de la connaissance. La recherche de la structure et de l'”harmonie” de l’univers menant d’ailleurs efficacement à sa maîtrise, facilitant la survie du genre humain, survie qui est en dernier lieu l’unique finalité de toute structure vivante. Ces idées forment la base de Biologie et Structure (1968) qui est à mon sens le recueil le plus transhumaniste d’Henri Laborit : “Notre devoir d’homme est, partout et en tous lieux, de lutter contre l’entropie, contre la douleur et la mort, en sachant bien que s’attacher à des structures existantes, c’est justement faire le jeu de la souffrance et de la mort. Notre devoir d’homme est simple au fond, il consiste à oublier notre force, pour utiliser notre imagination.” On trouve dans cet essai des relents de cosmisme :“L’énergie qui nous est dispensée par la lumière solaire, à travers la photosynthèse, servira surtout à prendre connaissance et possession de notre univers, permettant à l’humanité de survivre en se transformant”.

L’auteur y anticipe, faisant écho à son évolution professionnelle, le remplacement de la médecine “réparatrice” par la science du vivant : “La biologie future a bien des chances de n’être pas thérapeutique mais transformatrice. La biologie, par la connaissance toujours plus intime des processus vivants, de l’atome au comportement, a bien des chances de déboucher, non sur des thérapeutiques devenues inutiles parce que la prophylaxie a été efficace, mais sur une transformation de l’homme par l’homme.” Il évoque également l’utérus artificiel, sans préjugés : “Il est plus simple de penser que l’homme de demain se reproduira ex utero et que les parents iront chaque jour à la clinique de reproduction voir grandir en bocal le foetus auquel leurs gamètes auront donné naissance. J’en vois certains sourire, et pourtant…” – quelle que soit la technique, Laborit essaie de garder une attitude scientifique débarrassée de ce qu’il appelle les “jugements de valeur”. Nature et artifice n’ont pas chez Laborit de frontières précises, l’important est selon le biologiste de permettre à l’être humain de garder la maîtrise de son environnement [1].

Inventeur de l’un des premiers neuroleptiques, il pense à l’utilisation sociale transformative de ces derniers :“(…) et [cette maîtrise de l’environnement] n’est possible qu’en faisant de la majorité des hommes des animaux cultivés dans le sens de la culture relativiste que nous avons précédemment envisagée. Et c’est cela que, par le truchement de la pharmacologie, l’homme de demain serait peut-être à même d’obtenir d’un plus grand nombre d’hommes, en développant les facultés d’attention, d’imagination, de créativité, en contrôlant les formes d’activité paléocéphaliques les plus élémentaires”.

Technophile et progressiste, mais aussi écologiste (dans le sens premier du terme), il se méfie de la recherche du bien-être pour le bien-être, vu à tort comme le “couronnement de la civilisation”. Mais il insiste sur l’importance du progrès technique, préliminaire obligatoire : “cet homme nouveau (…), c’est le milieu transformé par les machines qui l’aura fait naître. Nul besoin, je pense, de précipiter une révolution culturelle qui toucherait des hommes insuffisamment préparés du fait de l’inadaptation du milieu. Il est plus important de précipiter l’évolution technique, mais il est grave de voir dans cette évolution technique un but de satisfaction digestive généralisée.”

Ces mots ne peuvent pas ne pas nous interpeller, nous qui sommes, en 2015, en plein dans ce “milieu transformé par les machines”. Ils nous rappellent aussi que nous ne sommes pas au bout du chemin, et que seuls les outils adaptés nous permettront d’imaginer un affranchissement complet. Il n’y aura pas de révolution des idées sans révolution technique.

Même s’il ne s’est pas directement intéressé aux ordinateurs, Laborit mettait en avant une conception de l’humain que l’on retrouve chez les émulationnistes:
 “La vraie famille de l’Homme, ce sont ses idées, et la matière et l’énergie qui leur servent de support et les transportent, ce sont les systèmes nerveux de tous les hommes qui, à travers les âges se trouveront « informés » par elles. Alors, notre chair peut bien mourir, l’information demeure, véhiculée par la chair de ceux qui l’ont accueillie et la transmettent en l’enrichissant, de génération en génération.” [2]

Henri Laborit est un étonnant médecin-philosophe (biohacker [3] à ses heures) qui a pu marquer, en son temps, les débats de la société française aux prises avec la modernisation. Sous de nombreux aspects, ses prédictions ont été confirmées. Le relire aujourd’hui permet de mettre à jour les racines d’un techno-optimisme révolutionnaire, aujourd’hui porté par la jeunesse de la Silicon Valley, héritière de l’esprit expérimentateur de Haight-Ashbury, mais qu’il ne tient qu’à nous de ranimer, enfoui qu’il est quelque part sous le bitume ayant remplacé les pavés des rues de Paris.


EMG is a french architect, author and software developer. He believes that brain-body emulations are the next big thing.
Print Email permalink (2) Comments (1380) Hits •  subscribe Share on facebook Stumble This submit to reddit submit to digg


COMMENTS


NB : Pour approfondir, voyez cet échange sur le forum de Technoprog : “Henri Laborit : Biologie et Structure”





Lire aussi “L’éloge de la fuite”, revoir le film d"Alain Resnay “Mon oncle d’Amérique” Je ne sais où retrouver une émission de radio intitulée “Au bon plaisir d’Henri Laborit”, hélas… Je l’ai sur des vieilles cassettes qu’il faudrait numériser…
C’était un grand Monsieur dont la pensée et parole étaient rafraîchissantes !





YOUR COMMENT (IEET's comment policy)

Login or Register to post a comment.

Next entry: The Droids We’re Looking For

Previous entry: One Happy Story - The Citizen’s Basic Income

HOME | ABOUT | FELLOWS | STAFF | EVENTS | SUPPORT  | CONTACT US
SECURING THE FUTURE | LONGER HEALTHIER LIFE | RIGHTS OF THE PERSON | ENVISIONING THE FUTURE
CYBORG BUDDHA PROJECT | AFRICAN FUTURES PROJECT | JOURNAL OF EVOLUTION AND TECHNOLOGY

RSSIEET Blog | email list | newsletter |
The IEET is a 501(c)3 non-profit, tax-exempt organization registered in the State of Connecticut in the United States.

East Coast Contact: Executive Director, Dr. James J. Hughes,
56 Daleville School Rd., Willington CT 06279 USA 
Email: director @ ieet.org     phone: 860-428-1837

West Coast Contact: Managing Director, Hank Pellissier
425 Moraga Avenue, Piedmont, CA 94611
Email: hank @ ieet.org