Institute for Ethics and Emerging Technologies


The IEET is a 501(c)3 non-profit, tax-exempt organization registered in the State of Connecticut in the United States. Please give as you are able, and help support our work for a brighter future.


Search the IEET
Subscribe and Contribute to:


Technoprogressive? BioConservative? Huh?
Quick overview of biopolitical points of view




whats new at ieet

How better tech could protect us from distraction

Worst case scenario – 2035 and no basic income.

The birth of virtual reality as an art form

How VR Gaming will Wake Us Up to our Fake Worlds

Mens Health Week: One Doctor Thinks We Should Be Talking about Better Birth Control for Guys

This scientist makes ears out of apples


ieet books

Philosophical Ethics: Theory and Practice
Author
John G Messerly


comments

Pastor_Alex on 'On tragedy, ethics and the human condition.' (Jun 28, 2016)

instamatic on 'On tragedy, ethics and the human condition.' (Jun 28, 2016)

Pastor_Alex on 'On tragedy, ethics and the human condition.' (Jun 28, 2016)

instamatic on 'On tragedy, ethics and the human condition.' (Jun 28, 2016)

RJP8915 on 'How VR Gaming will Wake Us Up to our Fake Worlds' (Jun 28, 2016)

almostvoid on 'How VR Gaming will Wake Us Up to our Fake Worlds' (Jun 28, 2016)

almostvoid on 'The birth of virtual reality as an art form' (Jun 28, 2016)







Subscribe to IEET News Lists

Daily News Feed

Longevity Dividend List

Catastrophic Risks List

Biopolitics of Popular Culture List

Technoprogressive List

Trans-Spirit List



JET

Enframing the Flesh: Heidegger, Transhumanism, and the Body as “Standing Reserve”

Moral Enhancement and Political Realism

Intelligent Technologies and Lost Life

Hottest Articles of the Last Month


Will Transhumanism Change Racism in the Future?
Jun 2, 2016
(5526) Hits
(0) Comments

How VR Gaming will Wake Us Up to our Fake Worlds
Jun 28, 2016
(5497) Hits
(2) Comments

Dubai Is Building the World’s Largest Concentrated Solar Power Plant
Jun 20, 2016
(4109) Hits
(0) Comments

A snapshot on the fight against death
Jun 1, 2016
(3494) Hits
(4) Comments



IEET > Francaise > Life > Innovation > Vision > Sociology > Philosophy > Futurism > Technoprogressivism > Contributors > Cyril Gazengel

Print Email permalink (0) Comments (995) Hits •  subscribe Share on facebook Stumble This submit to reddit submit to digg


Les leçons de l’histoire


Cyril Gazengel
By Cyril Gazengel
Technoprog

Posted: Mar 23, 2016

L’un des principaux centre d’intérêt du transhumanisme concerne l’augmentation de l’humain ; rien de nouveau là dedans. En effet, le rêve de transcendance habite l’imaginaire humain depuis ses origines. De la pensée magique à l’ère scientifique il a pris de nombreuses formes mais ne nous a jamais vraiment quitté.

Ce qui change avec l’époque actuelle — et donc avec le transhumanisme — c’est que l’homme a peut-être pour la première fois le moyen de tenter de mettre son rêve en pratique ; l’idée d’une transcendance humaine quitte le domaine du mythe prométhéen pour accéder au réel comme voici un siècle le vol quittait le mythe d’Icare pour accéder au réel. Sauf qu’ici, il ne s’agit pas simplement d’un moyen de transport nous  ouvrant de nouvelles possibilités, mais d’un bouleversement bien plus profond puisqu’il touche à la définition même de ce que nous sommes, de notre humanité. Les choix que nous ferons aujourd’hui influeront donc fortement la posthumanité naissante et marqueront de leur empreinte les sociétés qui en émergeront.

Originally published on Technoprog on 3 August 2013

Et la première démarche, en avançant vers l’inconnu, c’est d’identifier les pièges qui peuvent s’ouvrir sous nos pas ; en ce sens, tirer les leçons de l’histoire peut être salutaire. Car  comme  je l’ai dit : cette idée d’une  transformation de l’homme n’est pas neuve, et elle a donné son lot de dérives, notamment au XXe siècle ; autant éviter de tomber dans les mêmes chausse-trappes. De même, un autre piège à éviter, c’est le pendant de l’excès de pessimisme : l’excès d’optimisme, et là aussi, les exemples existent.

La notion du temps

L’un des grands risques, lorsqu’un fait radicalement nouveau de transformation de la société — et potentiellement de l’homme — se fait jour, c’est la volonté d’immédiateté qui habite les contemporains de l’événement, désir d’autant plus fort quand les oracles annoncent un avenir radieux. De plus, la patience n’est pas le point fort de nos sociétés ni même de notre espèce, surtout face à l’eldorado du moment. Une telle course risque fort de nous faire oublier l’essentiel : l’humain. Personnellement, je vois le transhumanisme comme un nouvel humanisme, qui adhère au progrès scientifique pour lui donner un sens en libérant l’homme de la servitude biologique pour l’amener vers un état plus libre ; une telle chose doit se faire en gardant à l’esprit deux choses, liberté et égalité ; liberté de suivre ou non le mouvement et égalité de ceux l’ayant suivi face à ceux l’ayant refusé.

La liberté de refuser la transcendance transhumaine

Lorsque l’époque viendra où l’homme pourra s’améliorer, tout devra se faire par le volontariat afin d’éviter une marche forcée vers l’homme nouveau, comme les bolcheviques l’imposèrent dans leur régime dictatorial censé forger un homme libéré des chaînes du passé, en dépit de l’adhésion ou non du public à leur vision. In fine, pleins de bonne volonté (mais l’Enfer n’est-il pas pavé de bonnes intentions ?) ils enfermèrent l’homme dans une idée du progrès qui tua tout avenir et à terme tout épanouissement social et technologique en oubliant l’essentiel : le bien être de l’homme doit rester au centre. Une vision technocratique de gens informés décidant pour le grand nombre porte en elle les germes d’une dérive incontrôlée vers une dystopie telle que la dénonce Aldous Huxley dans  Le meilleur des mondes.

De même que nous acceptons de donner aujourd’hui une place à des communautés telles que celle des Amish refusant le progrès technologique récent, nos sociétés devront à l’avenir laisser ceux refusant les améliorations transhumaines rester tels qu’ils sont sans être ostracisés ni martyrisés. Nous devrons garder à l’esprit  qu’un humain “augmenté” n’est pas plus humain qu’un humain “non augmenté” ; ni moins d’ailleurs ; car nous risquons au final une société ségrégationniste dans un sens ou dans l’autre — voir en cela l’excellent film Bienvenue à Gattaca d’Andrew Niccol décrivant une société où la sélection des embryons (nous sommes encore loin de l’homme augmenté)  peut donner à une ségrégation des gens conçus “à l’ancienne”. Même si ce n’est que de la science-fiction, ça reste une bonne réflexion sur une dérive possible, un piège à éviter.

Le réflexe eugéniste

Autre souci, l’eugénisme, ce mot maudit depuis qu’au milieu du XXe siècle, le nazisme en a marqué le sens du sceau de l’infamie, en le rendant synonyme de ségrégation des populations et d’extermination de ceux ne répondant pas aux critères arbitraires de sélection des individus, de gestion matérialiste et inhumaine des populations et des individus. C’est malheureusement un risque qui ne peut pas être occulté. Surtout que le réflexe eugéniste est inévitable.

En effet, comment justifier auprès de parents, que leur enfant peut ne pas avoir la maladie génétique familiale grâce à une sélection des embryons, mais qu’on leur interdit cette opportunité ? C’est impossible. Et le phénomène est d’ailleurs déjà à l’oeuvre ; par exemple, en Sardaigne comme à Chypres, un programme de dépistage de la thalassémie chez l’embryon et d’interruption de la grossesse s’il en est porteur a été mis en place. De même, une loi de 1995 en Chine prévoit la possibilité d’une IVG en cas de détection  d’un handicap futur chez l’embryon.[1]  En France, la loi Bioéthique révisée en juillet 2011 prévoit dans son Titre IV[2] qu’une interruption volontaire de grossesse puisse s’appliquer pour raisons médicales sans que cela n’ait provoqué de polémique ou de débat de société majeur. Ainsi, 96% des embryons diagnostiqués comme souffrant de trisomie 21 seraient avortés[3], et les associations dénonçant là une démarche eugéniste ne rencontrèrent que peu d’écho dans les médias et la population.

D’un point de vue plus intuitif, je vois la montée de ce néo-eugénisme  post-humain en trois temps :

  1. Dans un premier temps, comme c’est déjà  le cas, nous avons un eugénisme curatif censé supprimer du corpus humain des gènes néfastes ou des anomalies cause de maladies  génétiques telles thalassémie, trisomie, hémophilie…
  2. Une fois ces maladies vaincues, il fait peu de doute que l’opinion publique aura glissé quant à son rapport à l’eugénisme génétique et à la manipulation des embryons.  Le climax éthique sera atteint car désormais une logique de modification concurrentielle du génome sera probablement devenue une réalité ; voire des modifications esthétiques ou effets de mode.

La manière dont le débat s’orientera déterminera la manière dont ces modifications seront perçues et vécues. Une politique de l’autruche promouvant une d’interdiction étant la pire des solutions ; la prohibition n’a pas empêché l’Amérique de boire[4] mais par contre, en rendant la consommation d’alcool clandestine a favorisé débordements et criminalité. Il en serait de même, très probablement, avec une prohibition des améliorations humaines.

La recherche du consensus suite à un débat éthique public peut amener une solution meilleure : rendre ces techniques accessibles à tous tout en garantissant qu’elles ne donnent pas d’abus nocifs massifs en sanctionnant ceux-ci via un corpus législatif clair.
3. La troisième étape tient plus de la conviction personnelle. Si nous réussissons à franchir la seconde en nous dotant d’une éthique renouvelée, elle nous permettra d’appréhender la modification de l’homme sans la violence de l’eugénisme du XXe siècle mais dans un cadre réglementaire clair et cohérent. Nous aurons alors la liberté de laisser libre cours à notre créativité pour nous réinventer et nous sublimer sans pour autant perdre notre humanité.

En guise de conclusion

Car in fine, il s’agit de ne tomber dans aucun des deux  excès d’une technologie nouvelle et impactante : le néo-luddisme qui refuse de fait cette technologie en ne se concentrant que sur ses dangers ; le techno-optimisme qui ignore les dangers dans une fuite en avant en se privant de la capacité d’anticipation. Car toute technologie est neutre par essence, c’est ce que nous humains en faisons qui la rend néfaste. Il ne faut pas se leurrer, les docteurs Frankenstein  pratiquant une science sans conscience existeront toujours, la militarisation d’une technologie aussi, ainsi que l’instrumentalisation qui sur les sujets tels que l’augmentation de l’homme s’apparentent à une marchandisation du corps. Se détourner du problème ne le fera pas disparaître mais nous ôtera toute possibilité de contrôle.

Réfléchir aux dérives possibles afin de développer de bonnes contre-mesure et aussi orienter le progrès vers le bien commun. Rester lucide et garder un esprit critique. Voilà ce qui nous donnera de quoi doter la société post-humaine des outils nécessaires pour qu’elle demeure un endroit où il fait bon vivre.

Cyril Gazengel

Notes:
(nb : article paru originellement sur Mesacosan.com)

[1]Ces deux exemples sont tirés du texte suivant :http://www.rtdh.eu/pdf/2003515.pdf

[2]http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=BD34D8C006E05A
3EA7964830BE5F5079.tpdjo12v_1?cidTexte=JORFTEXT000024323102&dateTexte=29990101

[3] http://fr.wikipedia.org/wiki/Interruption_m%C3%A9dicale_de_grossesse

[4] http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/la-prohibition-aux-etats-unis-54143


Cyril Gazengel is one of the staff members of French Transhumanist Association. Computer science engineer in the banking industry, he made a talk in Paris in 2013 about automation and its consequences for employment. He was also amongst the speakers of TransVision 2014 on the same subject. He also appeared in the French television documentary Robolution about robotic revolution and was interviewed on transhumanism by French radio Radio France International and other local parisian web-radios. His main concern about transhumanism focuses on artificial intelligence, man-machine fusion and the consequences of that on our societies.
Print Email permalink (0) Comments (996) Hits •  subscribe Share on facebook Stumble This submit to reddit submit to digg


COMMENTS


YOUR COMMENT (IEET's comment policy)

Login or Register to post a comment.

Next entry: Will Virtual Reality Movies Supplant the Theatrical Experience?

Previous entry: Review of Michael Bess’, Our Grandchildren Redesigned

HOME | ABOUT | FELLOWS | STAFF | EVENTS | SUPPORT  | CONTACT US
SECURING THE FUTURE | LONGER HEALTHIER LIFE | RIGHTS OF THE PERSON | ENVISIONING THE FUTURE
CYBORG BUDDHA PROJECT | AFRICAN FUTURES PROJECT | JOURNAL OF EVOLUTION AND TECHNOLOGY

RSSIEET Blog | email list | newsletter |
The IEET is a 501(c)3 non-profit, tax-exempt organization registered in the State of Connecticut in the United States.

East Coast Contact: Executive Director, Dr. James J. Hughes,
56 Daleville School Rd., Willington CT 06279 USA 
Email: director @ ieet.org     phone: 860-428-1837

West Coast Contact: Managing Director, Hank Pellissier
425 Moraga Avenue, Piedmont, CA 94611
Email: hank @ ieet.org