IEET > Rights > HealthLongevity > GlobalDemocracySecurity > Vision > Bioculture > Affiliate Scholar > Enablement > Marc Roux > Futurism > Technoprogressivism > Innovation > Implants > Biosecurity
What is Transhumanism today in France?
Marc Roux   Oct 25, 2013   Ethical Technology  

This is a translation of a presentation by the Association Française Transhumaniste - Technoprog! on “What is Transhumanism today in France.” Technoprog! encourages the development of and promotes reflection on technologies that improve and greatly extend the life of individuals and of mankind. In our opinion, transhumanism should ensure that enhancement technologies are not restricted to a minority of the wealthy and that citizens are alerted to possible abuses of technology, so that an informed citizenry can master the technology and not be controlled by it.

I will present in the first part the particular understanding of Transhumanism as members of the Association Française Transhumaniste and I’ll give an overview of our key ethical and political positions. In the second part, I’ll discuss various proposals that we are promoting for a techno-progressive future.

1.) Values & principles :

1.1.) general reminders

First some general reminders.

In our opinion, there is not one Transhumanism, but some transhumanisms. Indeed, the problems concern all the cultural and political field.

I would argue that it is precisely this multiplicity of transhumanist thought that proves how much it is alive and successful.

That said, there are still points on which we, Transhumanists, often agree, regardless of our tendencies.

WHO. The human condition is moving.

The first question to ask is: what is human? While not necessarily answering the question, transhumanists believe above all that the human condition is a moving condition. From our essentially materialist point of view, humans today are the result of a process of evolution of life over millions of years since the appearance of our species. There is no evidence that this process is complete, even if the conditions in which it operates have changed. In other words, the people of today are not the people of tomorrow as we are not the people of yesterday. Yet all these people are ... humans! This is important for issues such as dignity, respect, and what makes a being a person under the law.

WHAT. The person took over.

The spectacular development of science and technology called the "NBIC convergence"1 could help lead, or guide, the development of individuals and species.

This "chosen evolution," as opposed to the "suffered evolution" we people came from, along with animals and plants, would eventually result in a movement that began at least from the Renaissance and which, far from being fundamentally new, would allow us to progress to a new level.

Let us be clear: transhumanism is less a rupture than continuity. This obviously does not mean that we all understand and master the complexity of life, far from it. But we, humans, are beginning to be able to intervene in this process, and there is every indication that this is only the beginning. It seems likely that humanity will learn to control more and more of their own biological destiny.

That is, as some say, if we do not destroy ourself before we tackle evolution itself ;-)

WHY? What do we do with humans?

This fundamental question requires an absolutely necessary wider debate.

➢ Do we intervene to only the minimum degree, staying as close as possible to a "therapeutic" approach, accompanying an evolutionary process that for a long time is no longer governed soley by « natural selection » but primarily by changes in our environment?

➢ Or do we assume our knowledge, the legacy of the history of human thought, and go forward? And if so, under what conditions can we consider intervening more heavily, to go beyond therapeutic approaches to offer a true "enhancement" of individuals or the species?

But more important than any other question is the question: Why? To do what and for which reasons?

HOW? What is enhancement?

This raises a host of other issues, the one calling the other: what is really an enhancement, an improvement? What really matters, which will change the face of humanity? Is this or that improvement, useful for the individual, also useful for the species (and vice versa)? What directions (plural) could take these actions? What dangers could arise? And so on.

1.2.) Predominant values ?

Conservatism of the current decision-makers

So far, the public was not interested in all this. It is mainly the elites (political, economic and even scientific) that have taken on these issues. In France, it is only recently that it is a matter of real public debate.2

Thus, the phenomenal success of a video game like, Deus Ex: Human Revolution3

did much to break the circle of elite debate. But, while some promise a bright future (I think for example to the essay by Laurent Alexandre, La mort de la mort),4 the debate in France is still in its infancy.

However, it appears that the choices made by decision-makers are guided by a deep conservatism. Whether it's the votes cast two years ago by the French national representation in connection with the revision of the bioethics laws, or the previous recommendations of the National Advisory Board for Ethics (CCNE), when we touch the bottom of the reasons given, it always comes to the same conclusion: don’t touch the taboo of what is alive! And it seems that we are just now witnessing the same phenomenon around the issue of medically assisted procreation, a debate that resembles the debate around gay marriage.

From the point of view of Transhumanism, it is time to break free of such shackles, particularly because there are values ​​that we feel are more important. Even more important than the importance of the living things there is the importance of the conscious thinking beings.

An apology

(Consciousness and not living at the top of our scale of values)

Whether you are a biologist or a young mother, we are all fascinated by the « miracle » of life. This group of cells that is struggling to continue to exist, against all odds, is admirable.

And yet ... even more than life, what is valuable for human beings is "higher consciousness", the conscious thought which, not content to be, on the contrary wants to exist.

It is science, especially the latest advances in cognitive science, that make me say that human thought now allows living things to create a more powerful reality on this planet, to control the environment and anticipate the future5.

But it is transhumanism that leads me to say that, today, this conscious human thought could serve its own emergence independently. Not to be a product just of life, but to be the product of itself. It could then largely free itself from the fragility of its original biological origin. It could learn how consciousness itself works, and thus be better able to integrate neurostructural mechanisms that will allow us one day no longer be subject to its dictates, but to participate with it in our own destiny, and freely write our consciousnesses.

Thought, conscious or not, moreover, seems to be increasingly our reason for living. Since the development of human consciousness we are no longer guided by a biological imperatives and instincts for survival. We depend ever more on the meaning we give our own lives. But what does that make us able to find or invent as a meaning to our lives, if it's not conscious thought itself? Imagine: an earth having lost all trace of life may seem a terrible desolation, but a universe having lost all traces of human thought? Jean-Paul Sartre expressed in his autobiography, Les mots, that this idea (a universe without meaning supplied by humans) was one of his greatest terrors. It is an abyss without any hope that I refuse to imagine.

Nor does imagining posthumans or aliens, or believing in deep ecology, ideas which puts the destiny of thought or of life in the hands of beings or systems having nothing to do with humans - in my opinion do anything to eliminate this fear. this would not be a popular way to present the transhumanist case. The search for a continuation of conscious thought of human origin should be the goal.

Free the individual, increasingly

But before we get there, before freeing the mind, a first concern for most Transhumanists is expanding individual freedom.

In my opinion, one of the values ​​shared by most transhumanists is inherited from the Enlightenment: the free disposal of his body is inalienable as long as it does not affect the freedom of others.

The result is a multiplicity of demands that society, or rather the state, particularly in France, still persists in refusing. I will return to this point later in detail.

However, before explaining what technoprogrssive proposals that the French Association of Transhumanists may make I have to take two final precautions.

1.3.) Two pitfalls

Deny the excesses of the market logic

Several major obstacles stand in the way of the path of successful Transhumanism. These pitfalls are quite clearly identified by those who identify a technoprogressives.

One of the most dangerous, if not the worst, pitfalls arises from the excesses of market logic as our dominant, governing system particularly in the last two or three centuries. is this market logic trending today toward the privatization of all knowledge and even of living? The growing concentration of capital and economic power causes excessive social inequalities, doesn’t it? I think we need to take seriously the neoluddite's warning6 when they argue that, in a system so unequal, any technological advance can only serve to reinforce inequalities7. The technoprogressives refuse the logic of absolute capital concentration, because it seems to them it carries a risk that could be fatal to Transhumanism itself: that a majority of people increasingly refuse the use of certain scientific advances. Beyond even such a blockage of scientific progress, the destabilization caused in our society by a level of extreme inequality, history (in Russia and France, for example) has shown repeatedly, can lead to disorders sufficient to cause social collapse.

Another aspect of the same pitfall is consumerist logic. In a system where one of the main purposes is to increase the accumulation of capital, when the accumulation machine needs more and more consumption of goods and services, some of the players are constantly seeking the best possible ways to control of the economic behavior of consumers. It seems for example that the advertising companies are the largest private investors in cognitive science. Many already today swear by the magic of "neuromarketing"8. For them, it sometimes seems that the ideal transhuman would be a consumer on demand.

But beyond the danger that such a prospect poses to our freedoms, this logic seems to me very deadly because it is based on the merits of a principle of irresponsibility, the idea that all property and all resources can be privatized and consumed indefinitely. It denies the notion of a "commons" and denies the idea that our planet, and thus humanity for a long time, has limitations. (We only have to see the difficulty with which the system reacts to the climate crisis, when major economic interests prevent states from agreeing on urgent measures to be taken). From this perspective, the transhumanist idea of human enhancement could result in an augmentation of consumption, precipitating our absurd rush headlong toward the wall of ecological constraints.

Thus, Technoprogressives, perhaps unlike other proponents of Transhumanism, want to pay attention to improving the social and ecological environment they consider necessary for humanity, for the human thought process, or even what humanity will become in the future.

Refuse the excesses of scientism

Another well known problem, which may be equally important, is a level of trust in the technical progress that borders on religious faith, a belief that « science will solve all our problems! »

From the perspective of the French Association of Transhumanists, it goes without saying that every technical advance brings hopes and at the same time, risks. We have already paid dearly for the rushed development of technologies like nuclear weapons to asbestos.

If we want to seriously consider the use and development of technologies that can powerfully transform the social and biological condition of humanity, then certainly there are risks that we should learn to minimize. For in the potential of some technologies of human enhancement probably lie some global "existential risks," that is to say the possibility of endangering the very existence of humanity9: losing control of a super virus, creating hostile artificial Intelligence, nanoparticle pollution, a drastic increase in lifespan resulting in a drop of procreation, or a combination of various technological disasters, ecological and social...

Therefore, technoprogressive transhumanists want to be more than particularly attentive to technological risks, and keep at the forefront the dangers that their anticipations sometimes make them alone able to get a glimpse of, not to reject a rational and responsible application of the "precautionary principle", a principle which is in the French Constitution, that would be used rationally and responsibly, to require politicians to discharge their responsibilities, in order to better support technological progress and ensure that it is in fact in the direction of human progress.

Thus, transhumanist thought advances more every day - some might say inexorably - in the direction of political action.

But in France, where are we? To answer, for now I propose to begin to tell you, in my second part, that the proposals of technoprogressivism can be.

Technoprogressive proposals

For over two years, the French Transhumanist Association has worked on a program of demands for society in general and for politicians in particular.

At this stage it is still underdeveloped and focuses only on four areas which we consider paramount. The fundamental freedoms, the social/political question, education and research.

Freedoms:

In the area of ​​freedom, we want at this stage to emphasize the need to expand individual freedoms and especially the freedom to dispose of our own body as we choose. Western societies have undoubtedly become very liberal in terms of morality if we measure the scale of history. In century since the roaring twenties our societies have generally continued to allow more individual emancipation. Yet it seems there is still work to do to loosen the laces of the social corset. We are still prisoners of many taboos.

Freedom to dispose of our own body

One of the main claims of world Transhumanism, found for example in Donna Haraway's Cyborg Manifesto (1991), is the widest possible freedom to use and enhance one's own body. It is significant that the prospect of the cyber-organism was used by that American philosopher as a means of promoting women's liberation. The emancipation of women is still incomplete and a radical freedom to dispose of our body can be a powerful way to advance this cause, which I will come back to it.

But without going immediately to the Cyborg, the Transhumanist believes that society and the state should intervene as little as possible in individual choices about the body, and the choices of parents or future parents.

Concerning the predetermination or modification of genetic characteristics, for example, as long as it doesn’t produce overt social disorder, we do not see how the community can justify a ban on genetic choices in principle. The arguments - such as those derived from the reactions of the German philosopher Jürgen Habermas10 - justifying such a ban on the grounds of deprivation of an essential indeterminacy of the individual necessary for the construction of his personality and freedom, these arguments seem purely speculative. They are not based - and for good reason - on any evidence, and are certainly more dependent on fears inspired by deep religious feelings: do not "play god". In fact, the social determinations of freedom and personality, which have always existed, are far more consequential than any genetic determinations are likely to be. But unfortunately, society adapts every day to these social constraints on freedom.

But let's talk specifics. Now I want to highlight two examples and very current practices that are prohibited by French law and which we believe should as soon as possible be made to the discretion of each individual. I will cite the case of surrogacy (in french la Gestation Pour Autrui) and the use of psychoactive substances.

Surrogate Motherhood

Surrogacy (or GPA in french) is not, strictly speaking, a human enhancement technology. One might therefore ask what it has to do in a program of transhumanist demands. It seems however that it is regulated by the same logic that could allow us to be as independent as possible, to more fully be the master of our own bodies. As part of a relationship between consenting adults, the voluntary and free provision of this reproductive function poses no difficulty for the development of the future child. On the contrary, in the context of a society that has accepted and well integrated this possibility of procreation, sSurrogacy should not cause any more problems than adoption.

Psychoactive substances

The French Transhumanist Association also takes part in the more general movement of all those who seek the liberalization and decriminalization, for personal use, of psychoactive substances. But for our purposes, we are not so concerned with what is considered a "drug" but rather with all pharmacopoeia, scientific or traditional, which can yield improved states of arousal, concentration, memory, imagination, and so on. While acknowledging the obvious dangers associated with a risk of addiction or the harmful effects of substances that remain to be avoided, Transhumanism advocates for greater freedom and greater respect for the responsibility of the users.

Society:

In the International transhumanist nebula, the French Transhumanist Association: Technoprog! is the only organization to call itself "techno-progressive," that is to say that we not only want to encourage technological progress, but much more to put technology at the service of collective human progress.

Techno-Progressivism

We do not want a society in which biological or cybernetic enhancement is restricted only to a minority of rich wealthy. The fear that humanity may develop at two or more speeds, and in which the equality of the enhanced and unenhanced would be questioned, are justified. This is why our association claims that, in contrast to the libertarian transhumanist model that could benefit only the ruling classes, another Transhumanism is possible, one that gives access to enhancement technologies to the many.

Ensure that all are able to choose enhancement

To ensure the widespread availability, it seems essential implement strong policies of redistribution, and that one of the cornerstones of that redistribution should be the establishment of a Universal Income at a high level support.

This concern for formal equality is the necessary requirement of our individual freedom because we know that there is no real freedom without guaranteeing everyone the minimum means to live that freedom.

Attention to any imbalances caused by the first enhancements

Our technoprogressive ​​approach is not limited to a concern for greater equality. It also involves attention to major social balances. It’s obvious that transhumanist developments would result - in fact it already results! - in social tensions, misunderstandings, perhaps opposition strong enough to produce major disturbances. It would be irresponsible to promote a Transhumanism deaf to the squeaks and cries of society. On the contrary, the French Transhumanist Association: Technoprog! wants to promote transhumanism through a wider debate. Its members are constantly seeking this debate, looking for possibilities to promote and organize it. AFT proposes that the issues of Transhumanism are subject to debate at all levels of society, that as much as possible information should be made ​​available to as many of the most dispassionate so that everyone can form an opinion with full knowledge of the facts.

Importance of the Internet

The importance of the Internet is now inescapable. The news of the last few years - I think especialy of the Arab revolution - have shown strikingly, to those who still doubted, how the Internet could be a factor promoting democracy.

Universal Internet

That's why AFT joined those who want universal access to the Internet. This access must be guaranteed the same way as any utility, and access should be guaranteed by the Constitution.

Net Neutrality

Projects such as the European ACTA or American SOPA, and the law called "Hadopi" in France, show that the states take a dim view of the independence and neutrality of the Net. With the pretext of a struggle against terrorism and counterfeiting, they seek to impose a control that, in fact, tends to limit both the freedom of the Internet and its neutrality. These restrictions cannot be permitted. AFT requires the search for even more freedom of expression and neutrality on the Internet.

Education:

Tthe first lever to facilitate a successful development of a transhumanist type is education. But we highlight two observations.

On the one hand, along with all the scientific community, we warn of the danger of the continuing decline in student numbers in science. This trend threatens the future of any society. But the consequences are not just economic.

Indeed, on the other hand, our time poses to citizens and public authorities the formidable challenge of technological convergence and acceleration. The increasing complexity of our technical environment that results from these two developments - convergence and acceleration – make our world more difficult to understand. For the average citizen, the common and understandable reaction to this lack of understanding is anxiety, fear and sometimes an irrational rejection of technology. When these feelings are joined by the, sometimes quite justified, feeling that the political and economic interests, the media and even the scientists themselves seek to manipulate the public, it is not surprising that the simple rejection of technology is transformed into neo-Luddite activism11.

For all these reasons, AFT advocates :

Focus on science education

A very important educational emphasis is scientific training. Science and technology education must be clearly encouraged, put in the spotlight so that courses attract many young people. In societies where manual work may increasingly require support by automated systems and where economic performance depends on multiple areas of knowledge, scientific training should be one of the main pillars of the construction of our future.

Training throughout life

But science education at school or university does not seem sufficient to ensure, at the best, people’s development in the transhumanist world in the making. Opportunities for training and reflection are necessary throughout life.

Upstream, it is not enough to worry about teaching a past world, throughout history, literature or the history of philosophy, or even a present world through science, geography, languages and so on. We believe it is an urgent need to teach young people and future generations to project themselves forward, to better anticipate the world in which they will live. For example, is it relevant to only plan for a life of 80 years if it may ultimately be much longer? In other words, we propose that the transhumanist questions be introduced early on, at least from middle school.

  • Similarly, we find it necessary to open educational training and transhumanist reflection throughout life cycle, even for seniors. The generations more advanced in age will have and have already begun to be confronted with terrible contradictions. They grew up in a world that went through tremendous changes throughout the XXthc. and which - from a transhumanist perspective - could be even more transformed. In a society that is continually developing robotics, bionics, genetic engineering, nanotechnology, man-machine interfaces, etc., they are likely to feel lost. They may find themselves even more helpless if effective therapies to address the - in quotes - "disease" of aging, but their advanced age forbids them to take full advantage.

To prevent the consequences of such possible future shock it seems also very important that the transhumanist thought is presented to and discussed by all age groups. But since we're talking about training, it is also about preparing seniors to be able to choose to continue an activity - professional or not - well beyond the current retirement age.

  • Moral enhancement : Finally, to conclude on this point, let me clarify that for me, when I speak of enhancement of "humanity", I can’t imagine only improving our physical, cognitive or sensorimotor abilities. I imagine equally improve our "humanity" in a quite moral sense, that is to say, enhancing also our ability for tolerance, compassion, and - why not?  - love. This form of Transhumanism is perhaps nothing more than the continuation of the project of the first humanists, such as Erasmus, and even before him Pico della Mirandola: who said of Man, « it is his own judgment that will define his nature.12» Only that we will gradually add the techniques of human enhancement to the almost exclusive use of education, propaganda and advertising.

Research:

The last area in which the French: Technoprog! began to put forward some proposals is - it won’t surprise you - in scientific research. I won’t tire you by developing a long speech calling for more resources. We need more resources for education and research, of course, but I would rather focus on some specific examples.

Support research on radical life extension

The work of Aubrey de Grey’s SENS, and in France by Professor Miroslav Radman at the Necker Hospital in Paris13 or Jean-Marc Lemaitre in Montpellier (CNRS-INSERM)14, on cellular aging suggest that a considerable extension of the length of healthy life is possible. We must therefore discuss now the possible ethical implications. But should we not also, and immediately, strongly support this research, so that if the societal responses are positive in the end, we are able to share it as soon as possible as many. The longer we delay, the more of us for whom it will come too late.

Do not hinder research

Apart from providing greater financial support for research, another dramatic factor blocking technological progress in France remains the outright prohibition of some lines of research, and I think of the particular case of the study and manipulation of human embryonic stem cells. The AFT:Technoprog! has invested in its small way in the debate preceding the latest revision of the bioethics laws of 2011. Our analysis is that, ultimately, the motivations that led the previous legislature to maintain the current prohibition (with derogations possible exception) are not only concerned about an ethical preoccupation to avoid exploitation or commercialization of the embryo, but also about religious values, either directly or largely drawn from Judeo-Christian taboos15. The way a part of the national representation has recently attempted to block the transition to a controlled licensing regime for embryonic stem cell research is characteristic of this religious taboo.

It seems to us that the secular French Republic, more than other human collectivity, cannot define its research policy on such grounds. Instead, it must proclaim freedom of basic research and therefore allow research on embryonic stem cells.

  • The latest proposal advanced by the AFT is to make France, and Europe, a world champion in the study and prevention of risks of NBIC convergence and of evolution of a transhumanist type. For instance, to my knowledge, the share of budgets in nanotechnology research allocated to the consideration of risk would be about 2-3% in the U.S., 6-7% in France16. AFT proposes to increase this proportion to 15%. And yet, for technologies whose potential is to transform the biological condition of the human, I wonder personally if it would not be consistent to announce to the public: for every Euro put into research, we will put a Euro into the study and prevention of risks associated with this research. Not tenable you might say. In the short term maybe, but we should probably move progressively toward this goal. But what about disasters and global existential risk? It may be that the U.S. and China began a new kind of race for technologies of human enhencement. What will they propose to us? What will they have to offer their own citizens in the event of a major accident? The answers could come from Europe. Tomorrow we could be alone offering to ensure the existence of humanity.

And with this, I conclude on our main current proposals.

Conclusion:

So I tried to give you an idea of ​​what motivates the fellows of the Association AFT: Technoprog!: Their values ​​and short-term goals. I say nothing of its modes of action but you can imagine that it is a lot on the Internet.

Conferences and online activism

We also organize conferences and the first four were mainly held in the Maison de la Recherche de la Sorbonne in Paris last two years. We are also concerned to have a media presence in the newspapers, radio and TV you can find references at the "media" page of our website.

Transhumanist coming out ?

You may also find that the Association AFT: Technoprog! currently represents the only formal organization representing the transhumanist movement in France. It is distinguished by its techno-progressive approach that pays attention to social and existential risks.

Nevertheless, it seems obvious that more and more voices are now heard here too, even in the academic world, which demand a wide debate on the issues posed by Transhumanism and that many of these voices are in fact advocates of human enhancement. But few simply say "yes, I agree with transhumanist thinking." In other words, the transhumanist current in France may well be more influential than it seems.

What we want to make humans, and why ?

We must all really begin to ask ourselves what we want to make humans and why we would do it like this or like that.

From our own thoughts, on behalf of the AFT: Technoprog!, I have to tell you that we defend the idea of ​​an open humanity, in solidarity, directed towards the free search for happiness for each and to the sustainability of free conscience for all. The idea of​​ an augmented humanity doesn’t make sense if it does not translate into an enhancement in our condition, as individuals and as a community.

For the Association Française Transhumaniste : Technoprog !

1 Since June 2002 and the report commissioned by the U.S. National Science Foundation (NSF) and Department Of Commerce (DOF), entitled "Nanotechnology, Biotechnology, Information Technology and Cognitive Science: Converging Technologies for Improving Human Performance".

2 See the tentative of public debate « Débat public sur les nanotechnologies » of 2009-2010 ( http://www.debatpublic-nano.org/ ).

3 See for example http://deusex.com/ and Article « Deus Ex Human Revolution: a transhumanist game? » Silicon Maniacs, September 30, 2011 (http://www.siliconmaniacs.org/deus-ex-human-revolution-un-jeu-transhumaniste/ ).

4 Laurent Alexandre, La mort de la mort, JC Lattès, April 2011).

5 See eg. Antonio Damasio, Le sentiment même de soi, Odile Jacob, May 2002 ; Jean-Pierre Changeux, Du vrai, du beau, du bien, Odile Jacob, November 2008.

6 Term referring, by comparison, the Luddism of the nineteenth century, pointing proactive technophobes, those who are ready to significant actions (rampage or political pressure) to slow, stop or even reverse the technological advances.

7 « Every innovation on the technology front causes a cascading deterioration of the balance of power between the powerfull and the powerless », http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=plan.

8 Marie Bénilde, « Scanner les cerveaux pour mieux vendre », Le Monde diplomatique, November 2007.

9 Nick Bostrom, « Existential Risks - Analyzing Human Extinction Scenarios and Related Hazards », Journal of Evolution and Technology, Vol. 9 - March 2002 (http://www.jetpress.org/volume9/risks.html ).

10 Jürgen Habermas, L'avenir de la nature humaine. : Vers un eugénisme libéral ?, Gallimard, November 2002.

11 After the movement of "GMO reapers," the association PMO (Pièce et Main d’œuvre) openly boasts a neo-Luddite position.

12 Giovanni Pico della Mirandola, De la dignité de l’homme, translated from Latin and presented by Yves Hersant, bilingual edition, 2002.

13 See his recent book: Au-delà de nos limites biologiques, Plon, 2011.

14 "Le vieillissement des cellules est réversible", Le Monde, 10/31/11.

15 Act No. 2011-814 of 7 July 2011 concerning bioethics, and see the reports of parliamentary debates.

16 Eric Gaffet, research director at CNRS, in charge of the "Nanomaterials Research Group" at the University of Technology of Belfort-Montbéliard, Conference on "Nanotechnologies and Sustainable Development" 25 November 2010.

Qu’est-ce que le Transhumanisme en France aujourd’hui ?

l’Association Française Transhumaniste - Technoprog !

Mon intervention aura pour but de vous donner un aperçu de la manière dont peut être compris et vécu le mouvement Transhumaniste en France à travers les idées qui proviennent principalement de l’Association Française Transhumaniste : Technoprog !, seule organisation structurée se réclamamant aujourd’hui ouvertement du Transhumanisme en France.

Je présenterai tout d’abord les grands principes et valeurs autour desquelles se retrouvent les membres de l’association, puis un certain nombre de propositions que nous formulons à destination de la société, éventuellement dans sa dimension politique.

Ø  Cette association s’est donné formellement pour objet de « promouvoir la réflexion et le questionnements relatifs aux technologies susceptibles d’améliorer, d’augmenter et de prolonger considérablement la vie des individus et de l’espèce humaine. Mais elle se donne aussi pour de but de favoriser l’émergence de celles de ces technologies qu’elle estime favorable à cette augmentation. »

Ø  D’autre part, à notre avis, le Transhumanisme doit éviter deux écueils majeurs. Il ne doit pas réserver les technologies de l’augmentation humaine à une minorité de nantis et il se doit d’alerter sur les possibles dérives, afin qu’une population informée puisse maîtriser la technologie et non être maîtrisé par elle.

Ainsi, l’ensemble des questions qui ont été posées dans le cadre de la préparation de ce symposium recoupe exactement notre questionnement.

Nous présenterons dans une première partie la conception particulière du Transhumanisme selon les membres de l’Association Française Transhumaniste : Technoprog ! et nous donnerons un aperçu de nos principales positions éthiques et politiques. Dans une seconde partie, nous exposerons diverses propositions que nous avançons dés aujourd’hui pour envisager un avenir techno-progressiste.

Mais il est impossible de retransmettre en quelques minutes l’ensemble des propositions et débats qui animent notre association depuis 4 ans. Pas plus que nous ne pouvons relater 30 ans de réflexions transhumanistes internationales. Au contraire, je me propose plus humblement de présenter quelques approches parmi les plus consensuelles au sein de notre association.

Rappels généraux

Tout d’abord quelques rappels d’ensemble.

À notre avis, il n’y a pas un transhumanisme, mais des transhumanismes. En effet, les problématiques abordées traversent tout le champ culturel et politique. J’irais même jusqu’à dire que c’est justement cette multiplicité de la pensée transhumaniste qui prouve à quel point elle est vivante.

Ceci étant dit, il y a quand même des points sur lesquels nous nous rejoignons souvent, quelles que soient nos tendances.


QUI. La condition humaine est mouvante.

La première des questions à se poser est : qu’est-ce qu’un humain ? Sans forcément répondre à la question, les transhumanistes considèrent avant tout que la condition d’humain est une condition mouvante. De notre point de vue essentiellement matérialiste, l’humain actuel est le résultat d’un processus d’évolution du vivant sur plusieurs millions d’années depuis l’apparition de l’espèce. Rien ne permet de dire que ce processus soit terminé, même si les conditions par lesquels il opère ont changé. Dit autrement, l’homme d’aujourd’hui n’est pas l’homme de demain tout comme il n’est pas l’homme d’hier. Et pourtant tous ces hommes sont… des humains ! Ceci est important pour des questions comme la dignité, le respect, ce qui fait qu’un être est considéré comme une personne de droit …


QUOI. L’homme se prend en main.

Le développement spectaculaire des sciences et des technologies dites de la « convergence NBIC »[1], pourrait permettre de diriger, ou du moins d’orienter, l’évolution des individus et de l’espèce. Cette « évolution choisie », à l’opposé de l’« évolution subie » des animaux et végétaux, ne serait finalement que la suite d’un mouvement amorcée au moins à la Renaissance et qui, loin d’être fondamentalement nouveau, ne fait que « passer à l’échelle supérieure ».

Comprenons-nous bien : le transhumanisme est moins une rupture qu’une continuité. Cela ne veut évidemment pas dire que nous avons tout compris et maîtrisons la complexité du vivant, bien loin de là. Mais nous, les Humains, commençons à pouvoir intervenir dans cette évolution ; et tout porte à penser que ce n’est que le début. Il nous paraît probable que l’Humanité apprendra à contrôler de mieux en mieux sa propre destinée biologique.

Bien sûr, certains disent : si elle ne s’est pas détruite elle-même avant 😉


POURQUOI. Que voulons-nous faire de l’humain ?

Cette question fondamentale se pose à ce point pour chacun d’entre nous et rend absolument nécessaire le plus large débat.

Ø  Souhaitons-nous n’intervenir qu’à minima, en restant le plus proche possible d’une approche « thérapeutique », en accompagnant une évolution qui, si elle n’est déjà depuis longtemps plus déterminée par la seule « sélection naturelle », resterait principalement liée aux modifications de notre environnement ?

Ø  Ou bien assumerons-nous notre savoir-faire, l’héritage de l’histoire de la pensée humaine, et irons-nous de l’avant ? Et dans ce cas, à quelles conditions pouvons-nous envisager d’intervenir plus massivement, d’aller au-delà du soin pour proposer une véritable « augmentation » des individus, voire de l’espèce ?

Mais, plus essentielle que toute autre est la question : Pourquoi ? Pour quoi faire, et pour quelles raisons ?


COMMENT. Qu’est-ce qu’une augmentation ?

Ce qui pose toute une série d’autres questions, l’une appelant l’autre : qu’est-ce qui est vraiment une augmentation, une amélioration ? Qu’est-ce qui importe vraiment, qui changera la face de l’humanité ? Est-ce que telle ou telle amélioration, utile pour l’individu, le sera pour l’espèce (et inversement ?) ? Quelles directions (au pluriel) pourraient prendre ces interventions ? Quels dangers pourraient en naître ? Etc.

Conservatisme des décideurs actuels

Jusqu’à présent, le grand public ne s’est pas intéressé à tout ceci. Ce sont surtout les élites (politiques, économiques, voire scientifiques) qui se sont emparées de ces questions. En France, ce n’est que très récemment qu’il est question d’un véritable débat public à ce sujet[2]. Ainsi, le succès phénoménal d’un jeu vidéo sorti en août dernier, Deus Ex : Human Revolution[3], a beaucoup fait pour sortir de débat du cercle des élites ; le fait qu’il pose un regard mature sur la question y est pour beaucoup. Même si certains promettent un bel avenir à ce débat (je pense par exemple à l’essai de Laurent Alexandre, La mort de la mort[4]), celui-ci en est encore au stade embryonnaire.

Or, il nous apparait que les choix opérés par les décideurs sont guidés par un profond conservatisme. Que ce soient les votes enregistrés l’année dernière par la représentation nationale à l’occasion de la révision des lois de bioéthique, ou les recommandations antérieures du Conseil consultatif national d’éthique, quand on touche au fond des motivations avancées, il en ressort toujours la même conclusion : on ne touche pas au tabou du vivant !

Or, du point de vue du transhumanisme, il est temps de se libérer d’un tel carcan, notamment parce qu’il existe des valeurs qui nous paraissent supérieures. Plus important encore que le vivant, il y aurait le pensant conscient.


Apologie de la pensée

La conscience et non le vivant au sommet de notre échelle de valeurs                              

Que l’on soit biologiste ou jeune maman, nous sommes tous fascinés par le « miracle » de la vie. Ce groupe de cellules qui se débat pour continuer d’exister, envers et contre tout, est admirable.

Et pourtant… plus encore que ce vivant qui ne fait qu’être, ce qui est cher à l’humain, c’est la « conscience supérieure », la pensée consciente qui, non contente d’être, veut au contraire exister.

C’est la science, plus particulièrement les dernières avancées des sciences cognitives qui me font dire que la pensée humaine est ce que le vivant a développé de plus performant sur cette planète pour contrôler l’environnement et anticiper l’avenir[5].

Mais c’est une réflexion transhumaniste qui m’amène à dire qu’aujourd’hui, cette pensée consciente pourrait servir son émergence de manière autonome. Non plus être le produit du vivant, mais être le produit d’elle-même. Elle pourrait alors s’émanciper en grande partie de la fragilité du vivant biologique originel. Ce pourrait être en se connectant mieux à lui pour mieux apprendre comment il fonctionne. Et, partant, être mieux à même d’intégrer les mécanismes neurostructurels qui nous permettront un jour, à nous humains, de n’être plus soumis à son diktat, mais de participer avec lui à notre propre destinée… que nous écrirons alors librement, en conscience.

La pensée, consciente ou non d’ailleurs, me semble en effet aujourd’hui assumer une part majeure dans ce qui fait nos raisons de vivre. Depuis la conscience supérieure, nous ne sommes plus guidés seulement par un impératif biologique, instinctif, de survie, nous dépendons sans cesse davantage du sens que nous donnons à nos propres existences. Or, ce qui nous permet de trouver ou d’inventer un sens à nos vies, qu’est-ce si ce n’est cette pensée consciente ? Imaginez : une Terre ayant perdu toute trace de vie nous paraîtrait sans doute une affreuse désolation, mais un Univers ayant perdu toute trace de pensée d’origine humaine ? Jean-Paul Sartre a exprimé dans Les Mots que cette idée lui inspirait l’un de ses plus grands effrois. C’est un abîme sans plus aucun espoir que, personnellement, je me refuse à imaginer.

Et les hypothèses posthumanistes ou pro-ET, ou encore celles de l’écologie profonde, qui voudraient remettre le destin de la pensée ou du vivant entre les mains d’êtres ou de systèmes n’ayant plus rien à voir avec l’humain, ne font à mon avis pas disparaître cet effroi. Je doute fort qu’ils fassent un jour l’unanimité, ni même qu’ils remportent les suffrages. La recherche d’une pérennisation de la pensée consciente d’origine humaine en échange me semble un objectif de portée peut-être universelle.


Libérer l’individu toujours davantage

Mais avant d’en arriver là, avant de libérer la pensée, il est d’abord question, pour la plupart des transhumanistes, de libérer l’individu toujours davantage.

À mon avis, l’une des valeurs les mieux partagées par les transhumanistes est héritée des Lumières : la libre disposition de son corps est inaliénable aussi longtemps qu’elle ne porte pas atteinte à la liberté d’autrui.

Il en découle une multiplicité d’exigences que la société, ou plutôt l’État, notamment en France, s’obstine encore à refuser. Je vais y revenir plus loin en détail.

Néanmoins, avant d’exposer ce que l’Association française transhumaniste peut formuler comme propositions technoprogressistes, il me reste à prendre deux dernières précautions.
Refuser les excès de la logique marchande

Plusieurs écueils d’importance se dressent en travers de la voie d’un transhumanisme réussi. Ces écueils sont assez clairement identifiés par ceux qui se réclament du technoprogressisme.

L’un des plus dangereux, si ce n’est le pire, est celui qui découle des excès des logiques marchandes telles qu’elles régissent notre système dominant notamment depuis deux ou trois siècles. Aujourd’hui, ces logiques tendent à la privatisation de toute connaissance et même du vivant. La concentration toujours croissante du capital et du pouvoir économique provoque des inégalités sociales démesurées. Je pense qu’il nous faut prendre au sérieux l’avertissement des néoluddites[6] lorsqu’ils avancent[7] que dans un système à ce point inégalitaire, toute avancée technologique ne peut que servir à renforcer les inégalités. Les technoprogressistes refusent cette logique de concentration capitalistique absolue, parce qu’elle leur paraît porteuse d’un risque qui pourrait être fatal au transhumanisme lui-même : qu’une majorité de personnes refuse de plus en plus l’utilisation de certaines avancées scientifiques. Au-delà même d’un tel blocage, les déstabilisations provoquées au sein de nos sociétés par un niveau d’inégalité extrême, l’Histoire (russe ou française par exemple) l’a abondement montré, peuvent entraîner des troubles suffisants pour aboutir à leur effondrement.

Un autre aspect du même écueil est celui de la logique consumériste. Dans un système où l’une des finalités principales est l’augmentation du capital, la machine à accumuler ayant besoin de toujours davantage de consommation de biens et de services, une partie des acteurs recherchent sans cesse le meilleur contrôle possible des comportements économiques des consommateurs. Il semble par exemple que les entreprises de publicité constituent le premier pôle d’investissement privé actuel dans les sciences cognitives. Beaucoup ne jurent déjà aujourd’hui que par la magie, heureusement encore affabulatrice, du « neuromarketing »[8]. Pour ceux-là, il semble parfois que le transhumain idéal serait un consommateur aux ordres.

Mais au-delà du danger qu’une telle perspective fait peser sur nos libertés individuelles, cette logique me paraît mortifère parce qu’elle repose au fond sur un principe d’irresponsabilité, l’idée que tous les biens et toutes les ressources peuvent être indéfiniment privatisés et consommés. Elle nie la notion de « biens communs » et elle préfèrerait pouvoir nier l’idée que notre planète, et donc l’Humanité pour longtemps encore, possède des limites (il n’y a qu’à voir la difficulté avec laquelle ce système réagit à la crise climatique, les grands intérêts économiques empêchant les États de s’accorder sur les mesures urgentes à prendre). Dans une telle perspective, l’idée transhumaniste de l’augmentation humaine pourrait se traduire par une augmentation démultipliée des consommations, précipitant notre fuite en avant absurde vers le mur des contraintes écologiques.

Ainsi, les technoprogressistes, à la différence peut-être d’autres tenants du transhumanisme, se veulent soucieux de l’amélioration de l’environnement social et écologique qu’ils considèrent nécessaire à l’humain, à la pensée humaine, voire à ce qu’il en adviendra.


Refuser les logiques scientistes

Un autre écueil peut-être tout aussi important est celui, bien connu, qui consiste à faire une confiance dans le progrès technique qui confine à la foi religieuse : la science résoudra nos problèmes !

Du point de vue de l’Association Française Transhumaniste, il va de soi que chaque progrès technique apporte son lot d’espoirs et, en même temps, de risques. Nous, individus et humanité, avons déjà payé bien cher l’usage ou le développement précipité de certaines technologies, disons, pour n’évoquer que le XXème siècle, de l’arme atomique à l’amiante.

Si nous voulons sérieusement envisager l’usage et le développement de technologies qui peuvent puissamment transformer la condition non seulement sociale, mais encore biologique de l’humain, alors sans doute y a-t-il des risques qu’il nous faudrait apprendre à réduire au minimum. Car dans le potentiel de certaines technologies de l’augmentation humaine se cachent probablement ce que l’on appelle parfois des « Risques existentiels », dans une acception globale, c’est-à-dire la possibilité de mettre en danger l’existence même de l’humanité[9] : perte de contrôle d’un super virus, création d’Intelligence Artificielle hostile, pollution nanoparticulaire, augmentation radicale de la durée de vie se traduisant par un abandon de la procréation, ou combinaison de diverses catastrophes technologiques, écologiques et sociales …

De ce fait, les Transhumanistes technoprogressistes se veulent plus que particulièrement attentifs aux risques, en pointe même sur des dangers que leurs anticipations les rendent parfois seuls à entrevoir, et ils ne rejetteraient pas un « principe de précaution », même constitutionnalisé, qui serait utilisé de façon rationnelle et responsable, c’est-à-dire non pas pour se voiler la face ou pour permettre aux responsables politiques de se décharger de leurs responsabilités, mais pour accompagner le progrès technologique et simplement s’assurer qu’il va dans le sens d’un progrès humain.

Ainsi, la réflexion transhumaniste s’avance-t-elle peut-être tous les jours davantage – certains diraient : inexorablement, dans la direction d’une interpellation de nature politique.

Or, en France, où en sommes-nous ? Pour répondre, pour l’instant je me propose de commencer à vous dire ce que peuvent être les propositions technoprogressistes.


Proposition technoprogressistes

        Depuis plus d’un an, l’Association Française Transhumaniste a commencé un travail qui a pour objectif la création d’un programme de revendications. Celui-ci devrait s’adresser à l’ensemble de la société en général et au monde politique en particulier.

        A ce stade, il est encore peu développé et s’articule autour de quatre domaines seulement qui nous paraissent primordiaux. Du plus global au plus spécifique : Les libertés fondamentales, la question sociale, l’Éducation et la Recherche.


1.    Libertés :

Dans le domaine des libertés, nous souhaitons à ce stade insister sur la nécessité d’étendre les libertés individuelles et tout particulièrement la liberté de disposer de son corps. Les sociétés occidentales sont assurément devenues très libérales en matière de mœurs si l’on mesure à l’échelle de l’Histoire. Depuis disons un siècle et les années folles nos sociétés n’ont globalement pas cessé de permettre l’émancipation individuelle. Pourtant, il nous paraît qu’il reste du travail à faire tant étaient nombreux les lacets du carcan social qui nous enserre depuis les origines. Nous sommes encore prisonniers de nombreux tabous.


Liberté de disposer de son corps

L’une des revendications phares du Transhumanisme mondial, depuis par exemple Donna Haraway et son Cyborg Manifesto (1991), c’est celle de la liberté la plus étendue possible quant à l’usage, la transformation voire l’augmentation de son propre corps. Il n’est pas anodin que la perspective du cyber-organisme ait été utilisée par la philosophe américaine comme moyen de promotion de la libération de la femme. L’émancipation féminine demeure sans doute encore inachevée et une liberté radicale de disposer de son corps peut être un moyen puissant de faire avancer cette cause, je vais y revenir.

Mais sans aller immédiatement jusqu’au Cyborg, le Transhumanisme estime que la société et l’État devrait intervenir le moins possible face à la responsabilité du choix des individus, mais aussi celle des parents ou futur parents, quant à l’usage du corps.

        Concernant la prédétermination ou la modification de caractéristiques génétiques par exemple, tant que cela ne produit pas de désordre sociaux manifestes, nous ne voyons pas comment la collectivité peut légitimer une interdiction a priori. Les arguments – comme ceux tirés des réactions du philosophe allemand Jürgen Habermas[10] – qui justifient cette interdiction au motif de la privation d’une indétermination essentielle de l’individu nécessaire à la construction de sa personnalité et à sa liberté, ces arguments donc, nous paraissent purement spéculatifs. Ils ne sont fondés – et pour cause – sur aucune constatation, et relèvent plus sûrement d’une vieille crainte inspirée par des sentiments au fond religieux : il ne faut pas « jouer à dieu ». Dans les faits, les déterminations sociales, qui elles existent depuis toujours, nous paraissent bien plus pesantes que d’éventuelles déterminations génétiques. Or, celles-là, malheureusement, la société s’en accommode tous les jours.

        Mais soyons plus précis. Je veux maintenant mettre en avant deux exemples concrets et tout à fait actuels de pratiques qui sont aujourd’hui interdites par la loi française et dont nous estimons qu’elles devraient le plus vite possible être rendues à la libre appréciation de chacun. Je citerai le cas de la Gestation Pour Autrui et le l’utilisation des substances psychoactives.


o   GPA

La Gestation Pour Autrui (ou GPA) ne relève pas à proprement parler d’une augmentation humaine. On pourrait donc se demander ce qu’elle vient faire dans un programme de revendications transhumanistes. Il nous paraît pourtant qu’elle participe complètement de cette même logique qui peut nous permettre de nous rendre le plus indépendant possible, si ce n’est le plus maître possible de nos corps. Dans le cadre d’une relation entre adultes responsables et consentants, la mise à disposition volontaire et gratuite de la fonction de reproduction n’a pas pour conséquence inéluctable, loin de là, des difficultés dans le développement de l’enfant à naître. Au contraire, dans le cadre d’une société qui aurait accepté et bien intégré cette possibilité de procréation, la GPA ne devrait pas poser davantage de problème que l’adoption.


o   Substances psychoactives

L’Association Française Transhumaniste s’inscrit également dans le mouvement plus général de tous ceux qui demandent une libéralisation et une dépénalisation de l’usage, à titre personnel, des substances psychoactives. Mais, pour ce qui nous concerne, il ne s’agit pas tellement de ce qui est considéré comme « drogue » que de toute les productions de la pharmacopée, scientifique ou traditionnelle, qui peuvent permettre d’obtenir des états améliorés d’éveil, de concentration, de mémorisation, d’imagination, etc. Tout en reconnaissant les évidents dangers liés au risque d’accoutumance ou aux effets délétères de certaines substances qui demeurent à proscrire, le Transhumanisme milite pour une plus grande liberté et un plus important respect de la responsabilité des usagers.


2.    Société :

Dans la nébuleuse transhumaniste internationale, l’Association Française Transhumaniste : Technoprog ! a ceci de singulier qu’elle est la seule à ma connaissance à se réclamer ouvertement d’un Techno-Progressisme, c’est-à-dire non seulement d’une volonté d’encourager le progrès technologique, mais surtout de mettre celui-ci au service d’un progressisme, au sens d’un progrès humain collectif.


TechnoProgressisme

En effet, à quoi ressemblerait une société dans laquelle l’augmentation biologique ou cybernétique ne serait réservée qu’à une minorité de riches nantis. Les craintes de développement d’une Humanité à deux ou plusieurs vitesses, dans laquelle l’égalité de droit entre individus serait remise en question, sont justifiées. C’est pourquoi notre association clame que, face au modèle souvent présenté d’un Transhumanisme néo- voire ultralibéral qui ne pourrait profiter qu’aux classes dominantes, « un autre Transhumanisme est possible », soucieux celui-là de donner accès au plus grand nombre, si ce n’est à tous, aux technologies de l’augmentation.


§  garantir à tous l’accès au choix de l’augmentation

Afin de garantir cet accès généralisé, il nous paraît essentiel que soit mis en œuvre des politiques fortes de redistribution, dont l’une des pierres angulaires devrait être la mise en place d’un Revenu Universel de bon niveau.

Ce soucis d’égalité formelle est le pendant nécessaire à nos exigences de liberté individuelle car nous savons qu’il n’y a pas de liberté réelle sans que soient garantis à tous les moyens minimum de vivre cette liberté.


§  attention portée aux déséquilibres éventuels provoqués par les premières augmentations

Notre approche technoprogressiste ne se limite pas à un soucis de plus grande égalité. Il implique également une attention aux grands équilibres sociaux. Il est évident qu’une évolution de type transhumaniste de nos sociétés se traduirait – en fait elle se traduit déjà ! – par des tensions, des incompréhensions, des crispations, peut-être par des oppositions assez fortes pour produire des troubles important. Il serait irresponsable de promouvoir un Transhumanisme sourd aux grincements, voire aux cris de la société. Au contraire, l’Association Française Transhumaniste : Technoprog ! considère qu’il ne peut y avoir de Transhumanisme que issu du plus large débat. Ses membres recherchent sans cesse ce débat, éventuellement le promeuvent et l’organisent. L’AFT propose que les questions du Transhumanisme fasse l’objet de débats démultipliés à tous les niveaux de la société, que le plus possible d’information soit mise à la disposition du plus grand nombre de la manière la plus dépassionnée afin que chacun puisse se faire une opinion en toute connaissance de cause.

o   Importance de l’internet

Dans nos sociétés modernes (ou post-moderne ?), le réseau mondial internet occupe maintenant une place incontournable. L’actualité de l’année passée – je pense bien sûr aux révolution arabes – a montré de façon frappante à ceux qui en doutaient encore à quel point il pouvait se révéler un facteur déterminant de la vie démocratique.

§  Internet universel

C’est la raison pour laquelle l’AFT rejoint tous ceux qui exigent l’universalité de l’accès à l’internet. Cet accès doit être garanti de la même manière que celui à n’importe quel service public de première nécessité. Dans l’absolu, il doit être garanti par la Constitution.

§  Neutralité du Net

Des projets comme l’européen ACTA ou l’américain SOPA, de même que la loi dite « hadopi » en France montrent que les États voient d’un mauvais œil l’indépendance et la neutralité du Net. Au prétexte d’une lutte contre le terrorisme ou la contrefaçon, ils cherchent à imposer un contrôle qui, de fait, tend à restreindre à la fois la liberté des internautes et la neutralité du Net. Ces restrictions sont inadmissibles. L’AFT exige la recherche de la plus grande neutralité et de la plus grande liberté d’expression possible sur l’internet.



3.    Éducation:

L’AFT Technoprog ! ne déroge pas en considérant que le premier levier pouvant faciliter une évolution de type transhumaniste réussie est l’Éducation. Mais nous insistons pour mettre en avant deux constats.

D’une part, avec toute le communauté scientifique, nous alertons sur la dangereuse pente sur laquelle nous engage la baisse continue des effectifs d’étudiants dans les filières scientifiques. Une telle tendance hypothèque l’avenir de toute la société. Mais les conséquences de seraient pas seulement qu’économiques.

En effet, d’autre part, notre époque pose aux citoyens et aux pouvoirs publics le redoutable défi de la convergence et de l’accélération technologique. La complexité grandissante de notre environnement technique qui découle de ces deux évolutions – convergence et accélération – fait que le monde peut être de plus en plus difficile à comprendre. Pour le citoyen lambda, les réactions communes et bien compréhensibles découlant de cette incompréhension sont déjà l’inquiétude, parfois la peur et enfin éventuellement un rejet irrationnel de la technologie. Si à cette tendance se rajoute le sentiment, parfois tout à fait justifié, que les autorités politiques, les intérêts économiques, les médias voire les scientifiques eux-mêmes cherchent à le manipuler, il ne faut pas s’étonner que le simple rejet se transforme en activisme néo-luddite, c’est-à-dire en une tentative de faire reculer l’importance de la technologie[11].

Pour tout cet ensemble de raisons, l’AFT préconise

Accent sur la formation scientifique

Qu’un accent très important soit porté sur les formations scientifiques. Celles-ci doivent être nettement encouragées, revalorisées, mises à l’honneur afin que leurs filières attirent de nombreux jeunes gens. Dans des sociétés où le travail manuel est peut-être amené à être de plus en plus pris en charge par des systèmes automatiques et où l’excellence des économies se joue sur la performance dans les domaines de la connaissance, les formations scientifiques devraient constituer l’un des principaux piliers de la construction de notre avenir.

Formation tout le long de la vie

Mais la formation scientifique scolaire ou universitaire ne nous paraît pas suffisante pour assurer au mieux l’épanouissement des personnes dans un monde transhumaniste en gestation. Il nous paraît nécessaire de se préoccuper d’une formation et d’une invitation à la réflexion tout le long de la vie.

En amont, il n’est plus suffisant de se soucier d’enseigner un monde passé, à travers l’histoire, la littérature ou l’histoire de la philosophie, ni même un monde présent à travers les sciences, la géographie, les langues, etc. Nous pensons qu’il est devenu urgent d’apprendre aux jeunes et futures générations à se projeter suffisamment en avant pour anticiper au mieux le monde dans lequel elles grandiront. Par exemple, est-il pertinent de se projeter dans l’existence avec la perspective d’une durée de vie de 80 ans si celle-ci doit finalement être bien plus longue ? En d’autre terme, nous proposons que le questionnement transhumaniste soit formellement proposé de bonne heure, au moins dés le collège.

OLPC

Afin de faciliter ces découvertes et ces interrogations précoces, de la même manière que nous reprenons le principe d’un accès universel à l’internet, nous considérons que chacun doit pouvoir bénéficier de l’outil informatique, non seulement en France et dans les pays industrialisés mais encore là où la richesse des États ne permet pas de subvenir à ce besoin. C’est la raison pour laquelle nous soutenons les initiatives du type « One Laptop Per Child » qui vise à distribuer gratuitement dans le monde entier des interfaces numériques simplifiées et adaptées aux enfants.

De la même façon, il nous paraît nécessaire d’ouvrir la formation tout au long de la vie, y compris celle des seniors, à la réflexion transhumaniste.Les générations les plus avancées en âge vont et ont déjà commencé à se trouver confrontées à de terribles contradictions. Elles ont grandi dans un monde qui, s’il a subi de formidables transformations tout au long du XXes, pourrait se voir encore davantage métamorphosé par la perspective transhumaniste. Non seulement elles devront subir l’angoisse liée à la perte de leurs repères, mais, dans une société où progressent continuellement la robotique, la bionique, le génie génétique, les nanotechnologies, les interfaces homme - machine, etc.,  elles risquent de vivre à leur tour le syndrome du monde perdu. Elles pourraient se retrouver d’autant plus désemparées si apparaissaient des thérapies efficaces s’attaquant à la – entre guillemets –  « maladie » du vieillissement mais que leur âge trop avancé leur interdisait d’en profiter pleinement.

C’est pour prévenir les conséquences de ce genre de choc possibles dans l’avenir qu’il nous paraît également très important que la pensée transhumaniste soit présentée et discutée dans toutes les tranches d’âge. Mais, puisque nous parlons de formation, il s’agit aussi de préparer les seniors à pouvoir choisir de poursuivre une activité – professionnelle ou non – bien au-delà des limites actuelles.

Enfin, pour en terminer sur ce point, je voudrais préciser que, pour ma part, quand je parle d’augmentation de « l’humanité », je ne conçois pas seulement d’améliorer nos capacités physiques, sensorimotrices ou cognitives. J’imagine améliorer tout autant notre « humanité » au sens tout à fait moral du terme, c’est-à-dire augmenter notamment notre faculté à la tolérance, à la compassion, à l’amour pourquoi pas ? Ce Transhumanisme dont je vous parle, ce n’est donc peut-être rien d’autre qu’un trans-Humanisme c’est-à-dire la continuation du vieux projet des premiers humanistes, Erasme et même avant lui Pico della Mirandola : qui disait de l’Homme, « c’est son propre jugement qui permettra de définir la nature »[12]. Simplement à l’emploi quasi exclusif de l’Éducation (certains ont aussi essayé la propagande – ou la publicité), il s’agira progressivement d’ajouter les techniques de l’amélioration humaine.



4.    Recherche :

Le dernier domaine dans lequel l’Association Française Transhumaniste : Technoprog ! a commencé à avancer quelques propositions est, cela ne vous étonnera pas, celui de la Recherche scientifique. Je ne vous fatiguerai pas en développant un long discours demandant plus de moyens, toujours plus de moyens. Il faut davantage de moyen pour l’Éducation et la Recherche, c’est entendu, mais je voudrais plutôt insister sur quelques exemples précis.

Les perspectives que laissent entrevoir des travaux comme ceux du SENS de Aubrey de Grey, comme celles entrouvertes en France par Miroslav Radman à l’hôpital Necker de Paris[13] ou par Jean-Marc Lemaître à Montpellier (Inserm-CNRS)[14],  sur le vieillissement cellulaire donnent à penser qu’une augmentation dans un premier temps importante, puis au-delà peut-être considérable de la durée de vie en bonne santé est envisageable. Nous devons dés aujourd’hui en discuter les possibles conséquences éthiques, mais ne devons-nous pas en même temps, et sans attendre, encourager puissamment ces recherches, de façon à ce que, si les réponses de la société étaient en définitive positives, nous soyons en mesure d’en faire profiter le plus tôt possible le plus grand nombre. Plus nous tardons, et plus pour un grand nombre d’entre nous il risque d’être trop tard …

Mis à part le facteur financier, un autre facteur dramatique de blocage, en France, demeure celui de l’interdiction pure et simple de certaines recherches, et je pense au cas particulier de l’étude et de la
manipulation des cellules souches embryonnaires. L’AFT s’est investi à sa modeste mesure dans le débat précédent la dernière révision des lois de bioéthique de 2011. Notre analyse est qu’en fin de compte, les motivations qui ont mené l’actuel législateur à maintenir l’interdiction (avec possibilité de dérogation exceptionnelle) relèvent non seulement d’une préoccupation éthique préoccupée d’éviter une instrumentalisation, voire une commercialisation de l’embryon, mais aussi de valeurs soit directement religieuses, soit largement puisées à une source judéo-chrétienne qui pose sur le vivant un tabou définitif[15].

Il nous paraît que la République Française, plus que d’autres collectivités humaines, ne peut pas définir sa politique de recherche sur de tels attendus. Elle doit au contraire proclamer la liberté de la recherche fondamentale sur tout le domaine du vivant et donc permettre celle sur les cellules souches embryonnaires.

La dernière proposition qu’avance l’AFT n’est pas la moindre. Il s’agit de faire de la France, voire mieux de l’Europe, la championne mondiale de l’étude et de la prévention des risques liés à la convergence NBIC et à une éventuelle évolution de type transhumaniste. A ma connaissance, si je prends par exemple le cas des nanotechnologies, la part des budgets de recherche allouée à la prise en compte des risques serait d’environ 2-3% aux Etats-Unis, 6-7% en France[16]. L’AFT propose de porter cette proportion dans un premier temps à 15%. Et encore, concernant des technologies dont la potentialité est de transformer la condition biologique de l’humain, je me demande à titre personnel s’il ne serait pas cohérent d’annoncer au public : pour chaque Euro mis dans la recherche, nous mettons un Euro dans l’étude et la prévention des risques liés à ces recherches. Pas rentable me direz-vous. A court terme peut-être, et sans doute faudrait-il avancer progressivement vers un tel objectif. Mais qu’en serait-il en cas de catastrophe, en cas de Risque Existentiel global ? Il se peut que les Etats-Unis et le Chine se lance dans une espèce de nouvelle course aux technologies de l’augmentation humaine. Qu’auront-ils à nous proposer – qu’auront-ils à proposer à leurs propres citoyens en cas d’accident majeur ? Les réponses pourraient venir d’Europe. Nous pourrions demain être les seuls à proposer une assurance cherchant à garantir l’existence de l’Humanité.

Et avec ceci, j’en termine sur nos principales propositions actuelles.


Conclusion :

  Synthèse

Ainsi, j’ai essayé de vous donner un aperçu de ce qui motive les membres de l’Association AFT : Technoprog ! : leurs valeurs et leurs objectifs à court terme. Je ne dis rien sur ses modes d’action mais vous pouvez imaginer qu’elle est active sur le Net. Nous organisons également des conférences dont les deux premières ont eu lieu à la Maison de la Recherche de la Sorbonne à Paris l’année dernière. Nous nous préoccupons également d’avoir une présence médiatique.

  Réponse à la problématique

Vous pouvez aussi constater que l’Association AFT : Technoprog ! représente à ce jour la seule organisation structurée représentant le mouvement transhumaniste en France. Elle se distingue par son approche technoprogressiste qui la rend attentive aux risques sociaux et existentiels.

Néanmoins, il me paraît évident que de plus en plus de voix se font maintenant entendre ici aussi, même dans le monde académique, pour réclamer un large débat autour des questions que pose le Transhumanisme et que nombre de ces voix sont en fait favorables à la perspective de l’amélioration humaine. Simplement, il n’est pas encore très bien vu de faire son coming-out et de dire : « oui, je partage la réflexion transhumaniste ». Autrement dit, le courant transhumaniste en France me semble bien plus important qu’il n’y paraît.

  Ouverture

Enfin, est-il utile de vous faire remarquer que le débat sur le questionnement transhumaniste est arrivé jusqu’à vous, puisque il nous a été fait l’honneur et le plaisir d’être invités à nous présenter à vous aujourd’hui ?

Cela signifie qu’il nous faut ensemble vraiment commencer à nous demander ce que nous voulons faire de l’humain et pourquoi nous voudrions le faire le faire comme ceci ou comme cela.

A partir de nos réflexions propres, au nom de l’AFT : Technoprog !, il me reste à vous dire que nous défendons l’idée d’une humanité ouverte, solidaire, orientée vers la libre recherhe du bonheur pour chacun et vers la pérennité de la libre conscience pour tous. L’idée d’une « humanité augmentée » n’a pas de sens selon nous si elle ne se traduit pas par une amélioration de notre condition, en tant qu’individus comme en tant que communauté.

Je vous remercie.

——————————————

[1] Depuis juin 2002 et le rapport commandité aux Etats-Unis par la National Science Foundation (NSF) et le Department Of Commerce (DOF), intitulé ”Nanotechnology, Biotechnology, Information technology and Cognitive science : Converging Technologies for Improving Human Performance”.

[2] Voir la tentative de « Débat public sur les nanotechnologies » de 2009-2010 (http://www.debatpublic-nano.org/ ).

[3] Voir par exemple http://deusex.com/ et l’article « Deus Ex Human Revolution : un jeu transhumaniste ? », Silicon Maniacs, 30 sept. 2011 (http://www.siliconmaniacs.org/deus-ex-human-revolution-un-jeu-transhumaniste/ ).

[4] Laurent Alexandre, La mort de la mort, JC Lattès, avril 2011)

[5] Voir par exemple Antonio Damasio, Le sentiment même de soi, Odile Jacob, mai 2002 ; Jean-Pierre Changeux, Du vrai, du beau, du bien, Odile Jacob, novembre 2008.

[6] Terme renvoyant par comparaison au luddisme du XIXème siècle, désignant les technophobes proactifs, ceux qui sont prêt à des actions d’importance (saccage ou pression politique) pour ralentir, arrêter voire inverser les avancées technologiques.

[7] « chaque innovation sur le front de la technologie entraîne en cascade une dégradation du rapport de forces entre le pouvoir et les sans-pouvoir », http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=plan.

[8] Marie Bénilde, « Scanner les cerveaux pour mieux vendre », Le Monde diplomatique, novembre 2007.

[9] Nick Bostrom, « Existential Risks - Analyzing Human Extinction Scenarios and Related Hazards », Journal of Evolution and Technology, Vol. 9 - March 2002 (http://www.jetpress.org/volume9/risks.html ).

[10] Jürgen Habermas, L’avenir de la nature humaine. : Vers un eugénisme libéral ?, Gallimard, novembre 2002.

[11] Après le mouvement des « faucheurs d’OGM », l’association PMO (Pièce et Main d’œuvre) revendique ouvertement un positionnement néo-luddite.

[12] Giovanni Pico della Mirandola, De la dignité de l’homme,  traduit du latin et présenté par Yves Hersant, edition bilingue, 2002.

[13] Voir son récent ouvrage : Au-delà de nos limites biologiques, Plon, 2011.

[14] “Le vieillissement des cellules est réversible”, Le Monde, 31.10.11.

[15] Loi n° 2011-814 du 7 juillet 2011 relative à la bioéthique.

[16] Eric Gaffet, directeur de recherche au CNRS, responsable du « Nanomaterials Research Group » à l’université de technologie de Belfort-Montbéliard, Conférence sur le thème « Nanotechnologies et développement durable » 25 novembre 2010.

Marc Roux is the chair and co-founder of the French Transhumanist Association Technoprog!



COMMENTS No comments

YOUR COMMENT Login or Register to post a comment.

Next entry: On Transhumanism

Previous entry: Genderqueer, Pansexual, LGBTQ: Will Gender Exist 100 Years From Now? - Rebooted